Les trois niveaux de leadership libertaire de Leonard Read

Le leadership se définit comme la capacité, pour le responsable de l’équipe, d’influencer des personnes de façon à ce qu’elles puissent exécuter des tâches sans contraintes, avec toute la motivation voulue pour atteindre des objectifs communs. Mais dans un contexte libertaire, Leonard Read à donner trois niveaux de leadership. Avez-vous ce qu’il faut pour atteindre le plus haut niveau ? Dan Sanchez nous aide à identifier les trois niveaux de leadership libertaire de Leonard Read

Compréhension de la philosophe libertaire : Pour atteindre le premier niveau, il faut comprendre suffisamment la philosophie de la liberté pour s’abstenir personnellement de préconiser ou de participer à des violations de la liberté. Un leader libertaire de premier niveau prêche par l’exemple. Comme Read l’a écrit : « Ne sous-estimez pas les énormes influences mises en mouvement par une personne qui refuse de sanctionner ou de promouvoir toute mauvaise action. Les qualités exemplaires prononcées ont des pouvoirs rayonnants incroyables. L’individu qui n’offense pas les idéaux libertaires – même s’il est totalement silencieux – attire des émules, fixe des normes élevées à suivre par les autres. »

Influencer les autres : Pour atteindre le deuxième niveau de leadership libertaire, il faut être capable d’articuler suffisamment bien la philosophie de la liberté pour influencer « ceux qui entrent dans sa propre orbite personnelle ». Cela peut inclure sa famille, ses amis et ses collègues. Cela peut également inclure des personnes que vous rencontrez (dans l’avion, lors d’un dîner, etc.). À l’ère numérique, cela peut inclure des personnes avec lesquelles vous êtes connecté sur les réseaux sociaux.

Devenir un phare : Pour atteindre le troisième niveau de leadership libertaire, il faut être un tel phare de compréhension claire et d’exposition de la philosophie de la liberté que d’autres recherchent votre tutelle. Ils suivent vos travaux publiés et recherchent des occasions d’apprendre de vous par la conversation.

Et pourquoi prendre le parcours ?

Il est imprudent, et peut-être impossible, de « sauter » l’un de ces niveaux. Si votre compréhension de la liberté est si imparfaite que vous approuvez les violations de la liberté, alors vous ne serez pas en mesure d’expliquer avec précision la philosophie de la liberté aux autres. Et si vous manquez de conviction et ne pratiquez donc pas ce que vous prêchez, votre hypocrisie rebutera les étudiants potentiels et vos actions parleront plus fort que vos paroles. Et comme Read l’a souligné, même si les deuxièmes et troisièmes niveaux de leadership libertaire impliquent d’articuler la liberté aux autres, l’accent doit être mis sur l’amélioration de soi. Aux deuxième et troisième niveaux, le leader libertaire articule sa compréhension des autres comme un exercice pour affiner et tester cette compréhension et afin de partager ce qu’il a appris au cas où son auditoire le trouverait précieux.

Le véritable enseignement consiste à apprendre à haute voix et le véritable leadership consiste à donner l’exemple. L’éducation/le leadership n’est pas l’amélioration directe des autres. C’est l’amélioration de soi qui inspire et équipe les autres à imiter en poursuivant eux-mêmes l’amélioration de soi. Le vrai leadership est un modèle, pas une ingérence . Une fois que le plaidoyer libertaire consiste à « infliger votre sagesse » (comme le dit Read) aux autres afin de paraître intelligent ou d’humilier les opposants idéologiques, alors, alors que vous avez peut-être avancé dans votre carrière de démagogue libertaire, vous vous êtes disqualifié en tant que leader libertaire. La vanité intellectuelle est incompatible avec le leadership intellectuel.

Un véritable leadership est une excroissance, non de l’arrogance, mais de l’humilité. Les « doux » (c’est-à-dire les humbles) hériteront de la terre, parce que c’est une humble dévotion à l’amélioration de soi qui entraîne une véritable amélioration chez les autres et rend le monde meilleur.

Cet article a été publiée initialement en Anglais par FEE et traduit en français par Institute for Economics and Enterprises.

A propos de l’auteur : Dan Sanchez est le directeur du contenu à la Foundation for Economic Education (FEE) et rédacteur en chef de FEE.org. 

Burundi : Enregistrement en ligne des entreprises, une mesure venue à point nommé.

Le processus complexes de l’enregistrement des entreprises au Burundi constitue une des barrières qui hante les Start ups. Même si la nouvelle mesure d’enregistrement en ligne est un ouf de soulagement, il reste encore des échelons à gravir pour faciliter l’accès rapide aux documents légaux des entreprises d’après notre collègue Odyssé NIYONKURU.

« Désormais, l’immatriculation des sociétés et des personnes physiques commerçantes s’effectuera en ligne, les créateurs des sociétés pourront le faire directement chez eux après le paiement de 40 000 Fbu pour les personnes morales et 30 000 Fbu pour les personnes physiques », lit-on dans  le communiqué officiel de l’Agence de développement du Burundi.

 Le Burundi est un pays où la création d’entreprise est en pleine expansion, créer cette dernière en ligne semble être une solution attrayante pour les jeunes qui se lancent dans les procédures de la formalisation car l’ensemble des formalités peut être effectué de manière dématérialisée. Ainsi, les jeunes entrepreneurs de l’intérieur du pays, entravés par l’éloignement des agences qui facilitent la création des entreprises et perdent beaucoup de temps et d’argent pour la formalisation de leur société, la digitalisation bénéficieront dorénavant des services virtuelles.

Un ouf de soulagement,…

Avant le budget global à prévoir pour effectuer sa création d’entreprise était une somme exorbitante pour les jeunes entrepreneurs d’autres provinces que Bujumbura qui débutent dans l’entrepreneuriat, alors qu’avec cette digitalisation une économie substantielle peut être réalisée par la réduction des dépenses, du temps et des processus qui suscitaient parfois de la corruption ou autres lobbying.

Pour Christian un jeune entrepreneur de NGOZI, cette mesure est un ouf de soulagement : «  Ça fait une année que je veux toujours formaliser mon entreprise, mais comme je n’ai pas de moyen pour me rendre au guichet unique de l’ADB à Bujumbura, car ça exige des frais supplémentaires pour déplacement, restauration et logement qui s’ajoutent au 40 000 Fbu pour l’enregistrement étaient au-delà de mes moyens, j’espère donc réaliser mon rêve en ligne », explique-t-il.

Et Pourtant…

C’est une mesure économiquement séduisante, même si réaliser seul ces procédures de création en ligne peut s’avérer complexe, malgré qu’elle présente des avantages évidents en termes de simplicité, de rapidité et d’économies suite à l’accès à l’Internet qui reste un défi à pallier dans notre pays où seulement environ 10% de la population peut avoir accès à l’internet.

En générale cette mesure va avoir un impact positif sur toute la vie économique du pays, surtout dans la réduction du secteur informel, lequel occupant une place prépondérante dans l’économie burundaise. Pourtant avec la digitalisation, elle favorisera l’accès du plus grand nombre à ses services ce qui contribuera par ricochet à l’élargissement de l’assiette fiscale mais aussi il faudra aussi que l’État créé des guichets unique dans chaque province pour les  décentraliser, dans ce cas toute personne y compris ceux qui n’ont pas accès à l’internet pourront être bénéficiaires.

A propos de nous:

Institute for Economics and Enterprises est un groupe de réfléxion basé au Burundi. Il fait promouvoir les idées liberales économiques

Introduction sur la façon de penser à l’économie

« L’économie est basée sur le concept de l’action humaine en tant que comportement intentionnel. » Ce sont les mots de l’économiste Per Bylund, dont le nouveau livre How to Think about the Economy: A Primer (2022) propose une introduction conviviale à la pensée économique. Son livre est une introduction idéale pour les étudiants en économie. Aperçu du libre avec David Weinberg.

L’idée centrale du livre est que les gens agissent rationnellement, c’est-à-dire pour des buts ou des objectifs. Cela peut sembler évident, mais cela prête souvent à confusion. Par exemple, cela ne signifie pas que les gens réussissent toujours à atteindre les objectifs pour lesquels ils s’efforcent, ou que leurs objectifs sont « raisonnables » aux yeux des autres. Au contraire, cela signifie simplement que les gens agissent pour essayer d’atteindre ce qu’ils apprécient. En d’autres termes, la « valeur » (dans ce sens économique) est subjective. En outre, cela signifie également qu’en tant que discipline, la méthodologie de l’économie est individualiste. 

Et Pourquoi cela ?

Parce que les groupes n’agissent pas, seuls les individus le font. 

Bylund écrit : « Les gens peuvent choisir d’agir de concert, mais ce sont des choix individuels… Que quatre personnes collaborent pour soulever et déplacer un piano ne signifie pas que le groupe a soulevé le piano mais que quatre personnes ont coordonné leurs efforts individuels vers cette fin commune. »

Cette idée clarifie une autre confusion. Beaucoup de gens croient que l’économie favorise les marchés libres. Mais l’analyse économique est en fait une discipline neutre : elle ne peut pas nous dire si nous « devons » faire un choix plutôt qu’un autre, ou promouvoir une politique plutôt qu’une autre. Au lieu de cela, cela nous rend conscients des compromis impliqués dans les choix que nous faisons. Bylund fait valoir ce point en notant que l’économie ne « favorise » pas plus les marchés libres que la physique ne « favorise » la chute libre. Au contraire, le raisonnement économique ne peut se passer du modèle de marché libre, tout comme le raisonnement de la physique ne peut se passer du modèle de chute libre.

De plus, parce que la méthodologie économique est individualiste, les données concernant l’économie globale (ou « macro ») – des données comme le « PIB », « le taux de chômage », « la demande globale », etc. fonctionnements sous-jacents de l’économie, les « pourquoi » de l’échange. Bylund le démontre avec l’exemple suivant : « Disons qu’Adam offre une pomme à Beth et que Beth donne à Adam un litre de lait en retour. Il y a deux manières d’analyser cet échange. L’une consiste à l’étudier de manière empirique en observant l’échange dans la vie réelle et en collectant des données « objectives », c’est-à-dire mesurables avant, pendant et après l’échange. »

Problème avec la méthode ?

Mais le problème avec cette méthode est que les « données objectives » ne nous disent pas pourquoi la pomme est passée d’Adam à Beth. Tout ce qu’il nous dit, c’est qu’une personne (Beth) a une pomme et qu’une autre personne (Adam) a du lait. Mais parce que nous pouvons comprendre l’échange en termes de choix rationnel, nous pouvons en fait savoir pourquoi l’échange a eu lieu. Parce que les gens agissent avec une fin ou un but en tête, nous savons qu’Adam et Beth ont échangé parce qu’ils pensaient tous les deux que l’échange les améliorerait. En termes simples, nous pouvons dire pourquoi l’échange a eu lieu et pas simplement qu’un échange a eu lieu.

Notez, en outre, la notion de tarification que cet exemple introduit. Les prix sont les rapports d’échange de divers biens et services, et ils sont déterminés par la valeur subjective des individus. Les préférences subjectives de Beth et d’Adam concernant le lait et les pommes fixent le rapport d’échange – ou le prix – entre les deux biens : dans ce cas, le « prix » d’une pomme était un litre de lait. Bien que cette illustration implique un échange direct de biens (« troc »), nous pouvons également effectuer des échanges indirects en utilisant de l’argent, qui sert de moyen d’échange dans l’économie moderne. Pour faciliter cela, l’argent doit conserver sa valeur. Les périodes d’inflation (augmentation de la masse monétaire) ou de déflation (réduction de la masse monétaire) peuvent entraîner le déversement de sable dans les rouages ​​de l’échange, ce qui ralentit les échanges. 

Néanmoins, même si l’augmentation de la masse monétaire entraîne généralement une hausse des prix, il ne s’ensuit pas nécessairement qu’il existe une correspondance biunivoque entre la hausse de sa masse monétaire et la hausse subséquente des prix. Comme le note Bylund, un « doublement de la masse monétaire ne doublera pas tous les prix ». Pourquoi ? « Parce que les gens ne réagissent pas de la même manière ni en même temps au doublement de leur trésorerie. » Si quelqu’un achète, disons, trois bananes et que soudainement son argent double, cela ne signifie pas nécessairement qu’il achètera six bananes. Peut-être que l’argent supplémentaire sera dépensé pour un autre bien, ou simplement mis à la banque.

Prévision économique, une entreprise à risque ?

En outre, cela aide également à comprendre pourquoi la prévision économique est une entreprise risquée. Les gens ne sont pas comme les pièces d’un damier qui peuvent être facilement contrôlées et anticipées. Au contraire, les gens ont le libre arbitre. Ils agissent pour atteindre leurs objectifs souhaités, qui changent en fonction des opportunités et des compromis qui émergent spontanément à la lumière des milliards d’autres personnes faisant de même. Les prévisions économiques examinent un instantané de l’économie à un moment donné (et généralement un moment ancien, car les données économiques ne sont généralement disponibles qu’après coup plutôt qu’en temps réel) et la projettent vers l’avant. Mais l’économie n’est pas un instantané, c’est un processus de milliards d’individus agissant de concert les uns avec les autres. D’où la difficulté de prévoir ce que l’économie pourrait faire d’ici un an, voire un mois d’ici.

Mais ce ne sont là que quelques-uns des problèmes que le lecteur rencontrera dans Comment penser l’économie, et pour ceux qui se demandent par où commencer, il s’agit d’une introduction idéale au sujet.

Cet article a été publié initialement en Anglais par FEE et traduit en Français par Institute for Economics and Enterprises

A propos de l’Auteur :

David Weinberg travaillait auparavant dans une institution de politique publique. 

Burundi : La corruption dans l’entrepreneuriat, sevrage à tout prix !

Le Burundi, avec un taux d’inflation des produits alimentaires de 15,1% en mars 2022, reste un pays où le mot « pénurie »  rime  facilement avec corruption.  A partir d’un 2000 Fbu donné ici et là, pour  avoir ceci ou cela en plus de la surtaxation, cette corruption devient une entrave au développement des petites entreprises. Notre collègue Romaine Gaby nous emmène à la rencontre des jeunes entrepreneurs.

Dans un système économique qui fait face à la recrudescence de la corruption, les grandes entreprises ont tendance à monopoliser le marché en évinçant leurs concurrents par tous les moyens qui piétinent les principes du marché libre. Parallèlement, les ponts de vins imposés aux détenteurs de petits business pour accéder au marché ou aux capitaux affectent de plus en plus l’entrepreneuriat des jeunes, ce qui met à genou l’esprit de la libre innovation et incite à la désobéissance fiscale et affecte ainsi les recettes publiques.

Analysant la complexité de l’économie burundaise, les chiffres laissent deviner que le pays des tambours souffre encore de la corruption chronique. Classée à la 168ème sur 180 pays dans l’indice de la corruption au monde, l’économie du Burundi continue à faire face aux vents contraires avec une croissance économique de 3,3 % en 2022, un produit intérieur brut (PIB) de 267 dollars américains et un taux d’inflation de 17,57 % au mois de juin 2022 tandis que les chiffres de l’Institut des statistiques et d’études économiques du Burundi (Isteebu) montre que le taux d’inflation des produits alimentaires est passé de 8,3% en novembre 2021 à 15,1% en mars 2022. Cette situation laisse les jeunes entrepreneurs perplexes.

De la corruption à la pénurie, une contre marche.

Pour dire vrai la corruption a existé depuis des lustres mais lorsqu’un pays qui peine à trouver du sucre, du ciment, des boissons,…  pour sa population alors que les usines transformatrices travaillent à la normale, il est sûr que cette corruption doit s’aggraver. L’entrepreneur, abasourdi, se voit obligé de mettre tout ce qui est à sa disposition pour assurer la production de ses limonades, pâtisseries, … d’autant plus que la demande ne fait qu’augmenter du jour au jour sur le marché. Par conséquent, il n’a d’autres choix que de donner le billet rouge (allusion au billet de 2000 BIF) pour accélérer la livraison ou bien acheter le service avant les autres.

 Ils témoignent…

« Je suis désolé de le dire mais depuis que j’ai enregistré mon entreprise à l’agence de développement du Burundi ADB, je ne fais que dépenser ici et là pour voir si mes marchandises arrivent à temps dans mes boutiques », se lamente Ladislas Ntunzwenimana, propriétaire d’une mini-boulangerie à Kamenge.

En effet, les coûts de déplacement ont flambé au pays de Nyaburunga avec la crise pétrolière de 2022 causée par la guerre en Ukraine. « C’est très difficile à expliquer. Imaginez-vous ! Avant la crise, 10 sacs de farine de blé étaient transporté à 2000 Fbu par un taxi-vélo. Aujourd’hui, avec la délimitation de la circulation des motos, Bajaj et des vélos, 10 sacs sont acheminés à la boulangerie pour 12.000 Fbu par un taxi voiture. Et ceci dépend des jours. Parfois le carburant manque partout et pour éviter une rupture de stock, je file un dix milles francs à un gars pour me faire ce deal », continue-t-il.

« … Là je ne calcule pas des bières achetées par ici et par là pour trouver cette personne capable d’avoir le carburant à tout moment. Aussi, les prix de transports vont parfois jusqu’à 20. 000Fbu. Sérieusement, je travaille pour ne pas fermer. Je ne fais que dépenser. »

Cette situation est partagée par plusieurs jeunes qui travaillent tant bien que mal juste pour joindre les deux bouts du mois. A cela s’ajoutent la problématique du secteur informel qui emploi beaucoup de jeunes, mais qui reste jusqu’ici malmené par les pouvoirs publics.

Renverser le tir, c’est encore possible.

Certes le gouvernement essai tant bien que mal pour booster l’entreprenariat des jeunes, en témoignent la création de la banque des jeunes et le programme PAEEJ. Nonobstant, pour sortir dans la pauvreté, le Burundi a encore un long chemin  à faire, c’est-à-dire que la politique économique en vigueur doit s’inspirer avant tout  aux principes du marché libre et aux règles de la libre concurrence en jugulant toute perversion et malversation économiques liée à chaque tentative de corruption. Au contraire toutes les initiatives ne pourront pas aboutir

De cette manière les jeunes entreprises et particulièrement celles des jeunes  pourraient avoir la chance d’accéder librement aux marchés et aux capitaux afin de contribuer dans activement dans l’accessibilité et diversification des produits, tremplins du développement économique du pays.

A propos de nous:

Institute for Economics and Enterprises est un Think Tank qui promeut la liberté économique et individuelle au Burundi en particulier et en Afrique en général.

Qu’est-ce que l’économie ?

L’économie est un domaine passionnant. L’économie d’autrefois cherchait à découvrir comment le monde fonctionne. Cela a montré, ou même prouvé, qu’il existe un ordre naturel. Il y a une structure dans le chaos apparent. L’économie a quelque chose d’une vie propre : elle a une nature. Cela signifie non seulement que nous pouvons l’étudier et en apprendre davantage sur ses manières, mais aussi que nous ne sommes pas libres de le modifier à volonté et que nous ne pouvons pas le faire fonctionner d’une manière que nous pourrions préférer mais qui ne correspond pas à sa nature. Il y a des « lois » selon lesquelles l’économie fonctionne, et elles sont immuables. L’économie des trois derniers siècles s’est attachée à identifier, apprendre et comprendre ces lois.

Pour comprendre l’économie, il est essentiel de reconnaître qu’il s’agit d’actions et d’interactions humaines. En fait, l’économie, ce sont les gens qui agissent et interagissent. C’est peu ou rien d’autre. Nous avons tendance à penser à l’économie en termes de ressources, de machines, d’entreprises et peut-être d’emplois. Mais c’est une simplification qui induit en erreur. Ce sont des éléments importants, mais ce ne sont que des moyens pour parvenir à des fins. L’économie consiste à utiliser des moyens pour atteindre des fins. Autrement dit, c’est la façon dont nous agissons pour satisfaire nos désirs, pour nous améliorer. En termes simples, l’économie consiste à créer de la valeur.

Nos moyens sont limités mais nos désirs ne le sont pas. Nous devons trouver comment faire le plus possible avec le peu que nous avons. Si nous choisissons de poursuivre une fin, nous ne pouvons pas utiliser les mêmes moyens pour poursuivre également d’autres fins. En d’autres termes, il y a toujours un compromis. Chaque choix que nous faisons et chaque action que nous entreprenons signifie que nous renonçons à ce que nous n’avons pas choisi. Soit vous prenez la voiture pour faire un tour, soit vous restez à la maison. Vous ne pouvez pas faire les deux en même temps. Vous pouvez utiliser votre argent pour acheter une chose ou pour en acheter une autre. Ou vous pouvez économiser votre argent pour une autre fois. Mais le même argent ne peut pas être utilisé à la fois pour acheter quelque chose et être épargné aussi. Votre choix d’une chose signifie que vous n’avez pas et ne pouvez pas choisir l’autre. En choisissant une chose plutôt qu’une autre, en agissant, nous hiérarchisons la valeur des choses pour nous, nous économisons. L’économie, c’est nous tous qui économisons.

L’économie, son essence et son objectif

L’économie est un ordre non planifié. C’est ce qui émerge lorsque les gens vaquent à leurs occupations, lorsque nous agissons et interagissons comme bon nous semble.

L’économiste français du XIXe siècle Frédéric Bastiat a résumé cela dans une question : « Comment Paris est-il alimenté ? » Vivant dans une grande ville, les Parisiens ne produisent pas de nourriture mais y ont tout de même un accès abondant. La question importante est de savoir comment cela se produit. Après tout, il n’y a pas de plan central sur les types et les quantités d’aliments à proposer aux Parisiens et à quel moment. Personne ne dit aux agriculteurs quand et quoi semer, quelles terres utiliser pour chaque culture, quels outils utiliser ou développer, ou dans quelles villes, villages ou places de marché vendre leurs produits et à quels prix. Tout cela arrive. L’économie est « un système décentralisé et distribué où tous les gens – les agriculteurs comme les citadins – font leurs propres plans et décisions ». Ils ne se contentent pas d’exécuter les ordres d’un commandement central.

L’objectif de l’économie est de comprendre comment une économie, sous toutes ses formes, fonctionne : « la nature et le fonctionnement du processus global des personnes prenant leurs propres décisions, agissant et interagissant comme bon leur semble ». L’économie manque à la fois de plan et de planificateur. Il n’a même pas de but. C’est juste.

Mais les gens ont des objectifs. Ils ont des besoins et des désirs qu’ils s’efforcent de satisfaire par différents moyens. Certaines choses sont fournies par la nature, mais la plupart d’entre elles exigent que les gens fassent des efforts pour les produire. Ce sont les biens et services qui satisfont tous nos désirs. La production est au cœur de l’économie : « il s’agit de fournir autant de moyens que possible pour satisfaire autant de besoins hautement valorisés que possible »

Le problème économique

La production est un problème. Ce n’est pas simplement une question de combien de ressources sont disponibles. Il n’y a pas de relation constante entre l’entrée et la sortie. Très souvent, plus d’entrées peuvent produire plus de sorties, c’est vrai. Mais avec les innovations, nous obtenons plus de production par intrant, nous augmentons la productivité. Cela est encore plus évident lorsque nous parlons de la valeur de la production et pas seulement de la quantité. La valeur n’est jamais automatique. On peut utiliser beaucoup de ressources pour produire quelque chose qui s’avère être assez sans valeur. Si je produis un tableau, le résultat attendu n’aura que peu de valeur, quels que soient mes efforts ou la quantité de peinture que j’utilise. La même toile et la même peinture utilisées par Vincent van Gogh créeraient quelque chose de beaucoup plus précieux. En apposant sa signature sur ma peinture, cela augmenterait la valeur de ma peinture. Mais ma signature sur sa peinture diminuerait sa valeur.

La seule relation qui existe entre les entrées et les sorties est que les entrées doivent être utilisées pour produire des sorties. Nous ne pouvons pas créer quelque chose à partir de rien.

Le problème économique n’est pas la production en soi mais l’économie de la production. Il s’agit du problème qui se pose parce que nous n’avons pas plus de ressources que nous ne pouvons en trouver. En d’autres termes, les ressources sont rares. Il nous incombe donc de déterminer comment nos ressources peuvent être utilisées pour produire le meilleur résultat possible (en termes de valeur). Nous sommes devenus de plus en plus doués pour comprendre cela, surtout au cours des derniers siècles. Pendant des milliers d’années, nous avons fait très peu de progrès, mais soudain, avec ce qu’on appelle l’industrialisation, nation après nation a commencé à se sortir de la pauvreté grâce à des percées dans la production. L’intérêt pour l’économie coïncide avec ce développement.

D’où le titre du traité extrêmement influent d’Adam Smith : « Une enquête sur la nature et les causes de la richesse des nations. » Le titre attire l’attention sur les deux dimensions de la richesse nationale (prospérité) qui sont encore au cœur de l’économie : la nature de la richesse et ses causes. La nature de la richesse fait référence à la manière dont nous devrions la comprendre, à ce qui la compose et à la manière dont l’économie en tant que système est liée à la théorie de la valeur en tant que satisfaction personnelle. Les causes de la richesse renvoient aux origines et aux processus particuliers qui ont amené cette prospérité. Si nous les comprenons bien, nous pouvons sortir les gens de la pauvreté et créer une société toujours plus prospère. L’économie, en tant qu’étude du fonctionnement de l’économie, est donc aussi la science de la création de la prospérité.

L’économie comme compréhension

Être économiste, c’est étudier l’économie en tant que processus continu. Le but est de comprendre son fonctionnement et sa nature. Il s’agit de comprendre la nature et les causes de ces processus, mécanismes et ordres universels que nous identifions comme l’économie. Nous en apprenons davantage sur la prospérité et, surtout, sur la manière d’en produire davantage et de faire en sorte que davantage de personnes en bénéficient.

Pour comprendre le fonctionnement de l’économie, nous devons être humbles devant le fait qu’elle existe et qu’il y a un ordre, elle a une nature. La tâche de l’économiste n’est pas de prédire les spécificités de l’avenir, mais de découvrir les processus sous-jacents qui produisent les résultats économiques que nous pouvons observer. En d’autres termes, nous devons développer une logique pour comprendre les phénomènes et comportements économiques agrégés – une théorie économique. L’économie est un cadre pour penser et raisonner sur l’économie, pour donner un sens à ce qui se passe. Une « intuition », si vous voulez.

Il s’ensuit que l’apprentissage de l’économie consiste fondamentalement à acquérir des connaissances en économie afin de mieux comprendre le monde dont nous faisons partie. Le monde réel, et non le monde inventé, que l’on retrouve dans les modèles formalisés. Comme l’a dit Ludwig von Mises, « l’économie traite de l’homme réel, faible et sujet à l’erreur tel qu’il est, et non d’êtres idéaux, omniscients et parfaits comme seuls les dieux pourraient l’être ». Oui, exactement.


Cet article est le chapitre 1 du nouveau livre de Bylund, How to Think about the Economy  et a été initialement publiée en anglais par Mises Institute et traduit par Institute for Economics and Enterprises

Auteur:

Contacter Per Bylund

Per Bylund est professeur associé d’entrepreneuriat et professeur Records-Johnston d’entreprise libre à la School of Entrepreneurship de l’Oklahoma State University. Site Web : PerBylund.com .

La liberté économique, quelles sont les catégories considérées dans chaque pays ?

Le développement de l’indice a été dirigé par le Dr James Gwartney à la fin des années 1980 et au début des années 1990 comme moyen de mesurer la liberté économique dans chaque pays. Les pays sont notés sur la base de plusieurs catégories et sont répartis en quatre groupes (quartiles) allant du « plus libre » au « moins libre » ou « répressive ». L’indice calcule le score chaque année depuis 2000, et tous les cinq ans depuis 1970 selon les catégories suivantes taille du gouvernement, système juridique et droits de propriété, accès à la monnaie saine, liberté de commerce international et règlement, bref aperçu par Lambert NDUWAYEZU.

Comment mesurer l’indice de la liberté économique ?

Pour comprendre la liberté économique, nous devons examiner comment les auteurs de l’indice la mesurent. Donc quelles sont les catégories prises en compte par ces auteurs ?  Ils le font en considérant cinq catégories à savoir : taille du gouvernement, système juridique et droits de propriété, accès à la monnaie saine, liberté de commerce international et règlement :

De la taille du gouvernement. La première catégorie est la taille du gouvernement. La logique est simple : « plus il y a de ressources contrôlées par le gouvernement, moins les individus peuvent accéder librement aux ressources ». La catégorie mesure la taille du gouvernement en examinant les impôts, les dépenses et la quantité d’industries contrôlées par le gouvernement, entre autres.

L’indice mesure chaque catégorie de 1 à 10. Obtenir un score de 10 signifie que votre pays est le plus libre possible pour cette mesure. En d’autres termes, un « 10 » dans la catégorie de la taille du gouvernement signifierait que vous avez un gouvernement relativement petit. Un « 1 » signifierait que le gouvernement dépense et taxe à des niveaux très élevés.

Du système juridique et droits de propriété. Au cœur de la liberté économique se trouve « la capacité des individus à s’appuyer sur les tribunaux pour des décisions impartiales relatives à des litiges de propriété ». La mesure dans laquelle le gouvernement peut faire respecter les droits de propriété et les contrats de manière impartiale est essentielle à la liberté économique.

De l’accès à la monnaie saine. Les auteurs de l’indice reconnaissent qu’un aspect clé des droits de propriété est « l’accès à une monnaie qui permet l’échange ». Lorsque le gouvernement empêche l’accès à des devises solides et s’engage dans des politiques qui font fluctuer énormément la valeur d’une monnaie nationale, il entrave l’accès à une monnaie saine et entrave les échanges mutuellement bénéfiques.Les auteurs mesurent les variations de la masse monétaire, les variables d’inflation et l’accès aux devises étrangères.

De la liberté de commerce international. La liberté économique inclut la « possibilité d’échanger volontairement votre propriété avec qui vous voulez, quelles que soient les frontières nationales ». Les gains de bien-être qui découlent de la spécialisation permise par le commerce international sont depuis longtemps reconnus par les économistes.

Les droits de douane, les quotas et autres restrictions au commerce international sont considérés dans cette catégorie.

Du règlement. La dernière catégorie de l’indice est la réglementation. Les lois du travail réglementaires, les restrictions à la mobilité des capitaux (comme l’investissement) et les lourdes lois sur les licences sont un obstacle à un marché véritablement libre. Les lois qui rendent certains contrats illégaux en raison de leurs conditions ou des prétendues qualifications des participants constituent des obstacles au commerce volontaire.

L’auteur de l’indice, le Dr Gwartney, l’a résumé succinctement en disant : « Les gens continueront de débattre de la pertinence des politiques pandémiques, mais il ne fait aucun doute qu’elles ont réduit la liberté économique. Le danger maintenant est que bon nombre de ces politiques resteront en place à l’avenir. »

Et donc pourquoi la liberté économique ?

Nous pouvons donc se demander pourquoi la liberté économique est plus importante. Quel est le problème si un pays quelconque se trouve dans la catégorie « répressive » ou « moins libre » ? Théoriquement, l’argument en faveur de la liberté est clair. Lorsque « les gens sont libres de posséder et d’échanger des biens, ils s’efforcent d’améliorer la valeur de leur propriété ». Permettre l’échange permet aux individus d’échanger des choses qu’ils apprécient moins contre des choses qu’ils apprécient davantage.

Il y a beaucoup à dire sur les raisons pour lesquelles les marchés libres sont bons en théorie, mais l’indice de liberté économique montre également que les pays plus libres réussissent mieux dans la pratique. Autrement dit, la théorie fonctionne. Les auteurs constatent systématiquement que les pays « les plus libres » sont plus riches, vivent plus longtemps, ont plus de droits civils et sont plus alphabétisés. De plus, les plus pauvres des pays les plus libres économiquement sont plus riches que les plus pauvres des pays les moins libres. En d’autres termes, la liberté économique n’est pas seulement bonne pour les riches.

( Si vous êtes intéressés par une méthodologie détaillée viellez consulter le site Web de Fraser. )

Par Lambert Nduwayezu, Fondateur de l’Institute for Economics and Enterprises

Burundi : Entre monopole et capitalisme, dans quelle voie faut-il cheminer le secteur agricole ?

Le secteur agricole figure sur la liste des priorités budgétaires 2022-2023 du Burundi, avec une enveloppe de 80 milliards de francs burundais. Cette somme sera principalement affectée à la subvention des engrais organo-mineraux, la production des semences sélectionnés et le repeuplement des cheptels. Plusieurs questions taraudent notre blogueur Guy Marie Eloi sur les stratégies retenues pour améliorer la production agricole ? 

Pendant plus de trente ans, l’agriculture et l’élevage ont été les parents pauvres des investissements nationaux, à tel point que le budget alloué à l’agriculture et l’élevage oscillait entre 5 et 7%. Nonobstant, ce secteur reste jusqu’ici le principal source de revenus au Burundi depuis son indépendance , elle constitue 90% de l’emploi totale et contribue 50% dans le PIB actuellement. En dépit des initiatives visant à réduire les milliers barrières qui empêchent ce secteur à s’épanouir, le chemin reste encore trop long.

En effet, les monopoles et les irrégularités dans la distribution des engrais chimiques et les monopoles dans l’achat et la vente des récoltes par les pouvoirs publics constituent un obstacle de front dans l’accessibilité équitable du marché et la disponibilité des produits agricoles sur le marché au moment opportun, d’où l’instabilité récurrente des prix.

Les défis à relever ?

Les principaux défis souvent rencontrés dans ce domaine est la monopolisation des grands fournisseurs des intrants agricoles indispensables pour la grande production d’une part. L’achat et la distribution des engrais minéraux sont très difficiles. « On est contraint d’utiliser le seul engrais Fomi disponible au Burundi même si sa distribution reste à améliorer », nous raconte Thierry, un cultivateur de Ngozi

Il ajoute que le retard de la distribution des engrais chimiques influence leur niveau de production parce que il arrive que la saison pluvieuse se termine longtemps avant le moment de récolte :  » Le retard de la distribution des engrais induit automatiquement le retard de la plantation, ce qui rapporte ainsi le moment de récolte. Or la pluie peut disparaître dans certaines mesures avant la maturation des plantations, d’où la baisse de la production« , poursuit Thierry.

Parallèlement, le secteur agricole n’est pas libéralisé, le monopole sur l’achat et la vente des récoltes paralyse de plus en plus l’accessibilité des produits sur le marché, ce qui induit la pénurie et l’inflation de certains produits agricoles sur le marché. D’ajouter, les exportations agricoles restent toujours centrées sur un petit nombre de plantes industrielles dont le thé, café et le coton.

Libéralisation du secteur agricole, une solution ?

Pour moderniser l’agriculture au Burundi, les décideurs doivent miser au libéralisation et professionnalisation du secteur. Cela n’impliquerait pas des interférences de l’État dans ce domaine, plutôt une bonne libéralisation du secteur agricole axé sur la libéralisation des intrants, la libéralisation du marché d’écoulement, en jouant sur les prix que le marché fixe lui-même et non pas celui de l’état est très encourageable.

Cela pourrait alors contribuer dans l’amélioration de l’entrepreneuriat rural, fondé principalement sur l’agriculture et l’élevage, ce qui crée les emplois dans le domaine agricole et à la fin du compte la pauvreté, la faim dans les ménages, le chômage élevé qui sévit notre pays seront éradiquer progressivement et porter l’espoir sur la croissance de l’économie nationale. De cette manière le capitalisme agricole peut faciliter l’accessibilité des produits sur les marchés et contenir toute sorte d’inflation par la libéralisation du marché agricole.

Par Guy Marie Eloi Igirubuntu

L’Afrique a besoin de marchés libres, pas de transferts de richesse

Bien que la pauvreté ait été considérablement réduite dans les sociétés industrialisées, elle continue d’attaquer les pays en développement. Environ 689 millions de  personnes , soit environ 9,2 % de la population mondiale, vivent dans une extrême pauvreté, et la plupart d’entre elles se trouvent dans des pays en développement. Cependant, grâce à l’adoption de marchés plus libres, des pays en développement comme la Chine et le Vietnam ont réussi à arrêter la croissance de  la pauvreté .

Un mal préjugé de la philosophie ?

Mais malgré les progrès du capitalisme pour contrecarrer la montée de la pauvreté, certains experts blâment encore  le capitalisme de marché libre  pour l’extrême pauvreté, la faim et les catastrophes environnementales. Pour beaucoup, le capitalisme est un système d’exploitation brutale qui enrichit les riches aux dépens des pauvres. Cependant,  les études  montrent systématiquement que le capitalisme de marché libre est la stratégie la plus efficace pour améliorer la condition humaine et sortir les gens de la pauvreté.

Le capitalisme de libre marché tient ses promesses parce qu’il ne requiert que l’ingéniosité humaine et la liberté de produire sans ingérence du gouvernement. Lorsque les gens peuvent innover sans les inconvénients des réglementations gouvernementales, la création de richesse devient plus facile. De plus, des environnements commerciaux propices à l’entrepreneuriat inciteront davantage de personnes à améliorer leur niveau de vie en créant de nouvelles entreprises.

Plutôt que de dépeindre le capitalisme comme un ennemi du progrès, les experts devraient comprendre que des réglementations inefficaces cultivent la pauvreté dans les pays en développement et que partout où elles ont été démantelées, cela a déclenché une vague d’opportunités productives. L’ économiste AV Chari constate que  les industries  qui ont été retirées de la juridiction de License Raj ont produit une amélioration de la productivité totale des facteurs de 32 % en Inde. Cette amélioration s’explique par la baisse des coûts d’entrée et l’assouplissement des contraintes de capacité.

Sans surprise, la dérogation aux réglementations a permis de consacrer plus de temps et de ressources au développement des entreprises, améliorant ainsi la productivité. De plus, se conformer aux réglementations est souvent coûteux, donc en leur absence, plus de fonds peuvent être déployés dans l’expansion de l’entreprise. Par conséquent, la déréglementation réduit le coût de l’expansion des entreprises en garantissant que les ressources qui auraient été dépensées en raison des mandats gouvernementaux restent dans les coffres de l’entreprise et peuvent financer l’expansion.

Comme la déréglementation, la libéralisation est un autre outil de marché libre qui améliore le niveau de vie dans les pays en développement. Les sentiments protectionnistes sont toujours influents dans le monde en développement, mais protéger les marchés locaux de la concurrence ne parvient pas à élever les pauvres. Les pays qui adoptent la mondialisation sont plus susceptibles de bénéficier du transfert de technologie et d’enregistrer des réductions de la pauvreté. Bien que les importations soient perçues comme négatives, elles doivent être célébrées car les importations bon marché permettent aux personnes pauvres ayant moins de revenus disponibles d’économiser plus d’argent.

Ouverture commerciale comme solution ?

En Afrique, malgré le revirement de certaines politiques économiques rétrogrades, le protectionnisme continue de faire rage, notamment en raison des  retombées économiques  induites par le covid-19.  Une plus grande proportion des pauvres du monde vivent en Afrique subsaharienne (ASS) que partout ailleurs, c’est pourquoi la région devrait être plus sérieuse en matière d’ouverture commerciale que les autres régions. 

Jennifer Mbabazi, Oliver Morrissey et Chris Milner dans l’article « Trade Openness, Trade Costs and Growth: Why Sub-Saharan Africa Performs Poor »,  affirment que compte tenu de ses désavantages naturels, l’ouverture commerciale est particulièrement importante pour l’ASS : Les politiques qui encouragent les exportations et la diversification, et qui réduisent les obstacles à l’ouverture, peuvent stimuler les performances économiques.

Samuel Kwaku Agyei et Godwin Adolf Idan dans « Ouverture commerciale, institutions et croissance inclusive en Afrique subsaharienne »  soulignent  que l’Afrique subsaharienne a régressé dans la réduction des niveaux de pauvreté et que si les tendances actuelles persistent, 90 % de la population mondiale extrêmement pauvre sera résidant dans cette région. Pour éviter cette crise, ils recommandent aux pays d’Afrique subsaharienne de renforcer leurs institutions afin de promouvoir la bonne gouvernance et l’ouverture commerciale.

De même, les économistes déplorent généralement que l’Afrique soit sous-capitalisée ; cependant, la promotion de l’ouverture commerciale  peut faciliter la formation de capital en Afrique. Les biens de grande valeur sont souvent produits dans les pays riches ; par conséquent, les politiques qui permettent l’importation d’intrants étrangers permettent aux pays africains de remonter la chaîne de valeur. Les entrepreneurs africains produiront des produits de meilleure qualité pour les marchés d’exportation et nationaux et, par extension, acquerront plus de fonds pour alimenter une expansion et une accumulation de capital supplémentaires. Mais cela pourrait être un choc pour beaucoup que l’ouverture non seulement favorise la croissance, mais réduit également les inégalités. Dans un document de travail du Fonds monétaire international intitulé « Income Inequality in Small States and the Caribbean: Stylized Facts and Determinants », les auteurs  notent  qu’en attirant les investissements directs étrangers, l’ouverture financière conduit à plus d’emplois et à moins d’inégalités.

Blâmer le capitalisme pour les taux de pauvreté dans les pays en développement est politiquement correct, mais comme la plupart des hypothèses à la mode, cela ne peut pas être vérifié par des données. Les marchés libres ont enrichi le monde industriel, et les pays en développement peuvent facilement rejoindre la ligue des nations riches, s’ils ignorent les élucubrations erronées des intellectuels des pays riches.

Cet article est paru pour la première fois dans Mises Wire en Anglais et a été traduit en français par Institute for Economics and Enteprises.

Par Lipton Matthew : chercheur, analyste commercial et contributeur à mises.org,  The Federalist ,  The Imaginative Conservative ,  Merion West  et  American Thinker 

Afrique : L’individualisme, une philosophie adaptée pour la prospérité ?

Alors qu’individualisme est une philosophie favorisant l’initiative individuelle, l’indépendance et l’autonomie de la personne au regard de la société ; une doctrine qui fait de l’individu le fondement de la société et des valeurs morales, le collectivisme, lui ; est un système économique fondé sur la propriété collective des moyens de production. L’un voit la lutte de la pauvreté dans l’initiative individuelle / privée alors que l’autre c’est dans l’initiative publique / coopérative, collectivité. Donc, la différence entre collectivisme et individualisme réside dans ce que chaque idéologie considère comme important: l’individu ou le groupe.

Pourquoi alors l’individualisme ?

Dans son « Second traité de gouvernement », Locke soutient que les droits individuels sont le fondement d’une société libérale. La conclusion est qu’il est mauvais de violer les droits de propriété d’autrui : « Bien que la terre et toutes les créatures inférieures soient communes à tous les hommes, chaque homme a une propriété sur sa propre personne, sur laquelle personne n’a de droit à part lui-même. Le travail de son corps, et le travail de ses mains, nous pouvons dire, sont proprement à lui. »

Une philosophie qui met les décisions de l’individu au centre de tout a déjà révélé ses atouts dans le combat de la pauvreté. Une société qui valorise le fondement libérale est une société prospère. Par exemple, nous trouvons une codification la plus célèbre « des principes du libéralisme » dans la Déclaration d’indépendance des Etats Unis d’Amérique : “Nous tenons ces vérités pour évidentes, que tous les hommes sont créés égaux, qu’ils sont dotés par leur Créateur de certains droits inaliénables, que parmi ceux-ci se trouvent la vie, la liberté et la recherche du bonheur. » Pourquoi ne pas se demander si ce n’est pas la raison de la puissance économique de l’Amérique ?

Une philosophie pour l’avenir africaine ?

La lutte contre la pauvreté a été et continue à être un combat de longue haleine dans le monde entier. Les pays africains, quant à eux devraient doubler les efforts. Plutôt devrait chercher une philosophie à adopter qui peut aider dans cette lutte. Il semble que le libéralisme a déjà démontré son impact positif dans ce chemin de croix. Lorsque nous cherchons à vaincre la pauvreté, nous devrons tenir compte des droits individuels, à commencer par le droit de propriété de soi.

La philosophie de l’individualisme a radicalement modifié nos relations les uns avec les autres. Elle a créé des cultures individualistes qui célèbrent l’accomplissement individuel, ainsi que des structures politiques et économiques qui protègent les droits individuels. En conséquence, comme George Ayittey les appelaient « Génération des Guépards », des générations de briseurs de moule et de pionniers ont renouvelé et amélioré notre monde, en tant qu’explorateurs, pionniers, inventeurs, entrepreneurs, artistes, scientifiques et leaders moraux.

À mesure que le temps avance, de nouveaux innovateurs ont la possibilité de se lever et de faire la différence. Et l’appel de ceux deux auteurs, Dan Sanchez et Patrick Carroll,ne nous échappe pas:« En décidant de tracer notre propre voie, nous pouvons nous aussi devenir des agents de changement revitalisants dans un monde qui stagne. Nous pouvons ouvrir de nouvelles voies là où d’autres ne sont pas encore allés, et nous pouvons donner l’exemple à ceux qui viendront après nous. »

La seule question est de savoir si nous allons saisir cette évidence d’Henry David Thoreau : « Si un homme ne suit pas le rythme de ces compagnons c’est peut-être parce qu’il entend un autre tambour. Qu’il marche au rythme de la musique qu’il entend, même si elle est mesurée ou lointaine ». Le ferez-vous ?

Par Lambert Nduwayezu, Fondateur et Directeur de l’Institute for Economics and Enterprises.

Afrique : Le collectivisme, une menace pour la lutte contre la pauvreté ?

Depuis les années 60, les pays africains cherchent à accéder à leur indépendance tant économique que politique. Cependant lorsqu’ils cherchent à rompre avec le système colonialiste, ces « leaders nationalistes » ont eu du mal à choisir le système économique propre à l’identité africaine.

A croire que le système capitaliste était propre au colonialisme, plusieurs d’entre eux ont voulu adopter le collectivisme comme système économique de leurs pays. Cependant, il y a lieu de se demander : Pourquoi nous sommes toujours dans la pauvreté ? Et si nous avons fait fausse route dès la recherche de nos indépendances, depuis les années 60 ?  

Quid du collectivisme.

Le collectivisme est un système économique (philosophie) fondé sur la propriété collective des moyens de production, selon le dictionnaire Larousse. Les adeptes du collectivisme voient la lutte de la pauvreté dans l’initiative publique / coopérative, collectivité. Donc, le mot clés de l’idéologie du collectivisme réside dans ce qu’elle considère comme important: « le groupe ».

En raison de vouloir rompre avec le colonialisme, les dirigeants africains ont voulu adopter un système économique radicalement opposée. Dans leurs plans de développement, nous y trouvions souvent ce que Georges Ayittey a qualifié « religion de développement, qui a façonné ou dirigée une grande partie de l’effort de développement postcoloniale ».

Donc, après l’indépendance des pays africains, de nombreux dirigeants nationalistes africains adoptèrent une idéologie socialisme comme idéologie directrice. Et au lieu de chercher aux problèmes africains les solutions internes africaines, ils cherchaient les solutions extérieures. Et cela dans la tendance de la « religion de développement ».

Cette tendance n’a pas cessé de se développer. Aujourd’hui, la majorité des pays africains fêtent leurs plus de 60 ans d’’indépendance politique. Mais l’indépendance économique reste à désirer. La pauvreté reste une grande menace de nos pays malgré les multiples politiques pour en sortir. Et nous devrions nous poser cette question actuellement : « Et si nous avons fait fausse route il y a plus de 60 ans ? »

 Une philosophie vouée à l’échec ?

En Afrique, nous rencontrons souvent des discours prônant le collectivisme : promotion des coopératives et associations dans la recherche du bonheur ou pour lutter contre la pauvreté. Cela n’est pas d’aujourd’hui, il date depuis la recherche de l’indépendance de nos pays. L’expérience et l’histoire montrent que l’adoption du système économique collectiviste a échoué dans la lutte contre la pauvreté dans le monde entier.

Dans son article critique du collectivisme en URSS, l’auteur Gérard-Michel Thermeau se posait cette question cruciale : « Le  socialisme réel aurait un bilan globalement positif selon ses adeptes. Qu’en dit vraiment l’histoire ?» La force est de constater que ce système n’a jamais réussi. Il conclut : « Le communisme reste toujours à l’horizon. Faut-il s’en étonner ? Seul le marché est intéressé à satisfaire les désirs individuels. En supprimant le marché, l’économie socialiste mettait en avant les seuls besoins définis par les gouvernants. »

En Afrique en général, nous avons essayés le collectivisme, sous toutes ses formes. Malheureusement cela a échoué tout comme dans le monde entier. Il est clair que cela ne pourrait jamais fonctionner à n’importe quelles stratégies « planifiées ». C’est un système défaillant, à la fois conceptuellement et moralement et qui cause en plus trop de morts. Il finit toujours à créer des inégalités et des classes dans un même « groupe ». Toujours les profitants sont les dirigeants du « groupe ». Ce n’est pas difficile de voir cela. Portez vos regards dans les pays communistes. Pourquoi allez loin ? Non, restez ici.

Pour avancer mieux dans notre lutte, il est primordial d’adopter l’opposé du collectivisme et de l’étatisme. Cela consiste à accorder aux gens la liberté de commercer, reconnaître les gens comme des individus différents capables de rechercher leur propre bonheur tel que défini par eux-mêmes.

Par Lambert Nduwayezu, Fondateur et Directeur de l’Institute for Economics and Enterprises