Comment l’aide internationale a échoué en Afrique et aggravé la pauvreté

Veuillez nous suivre et nous aimer

  • 0
  • Share

Les données montrent que les salaires ont baissé et que la pauvreté a augmenté en Afrique depuis les années 1970, malgré les efforts internationaux.

L’économiste zambienne, Dambisa Moyo , a écrit un livre — Dead Aid : Why Aid Is Not Working and How There Is a Better Way for Africa — pour dénoncer comment l’hypocrisie du politiquement correct n’a fait que continuer à appauvrir le continent africain à travers l’aide internationale.

Moyo est titulaire d’un doctorat en économie de l’Université d’Oxford, d’une maîtrise en administration publique de l’Université de Harvard et a travaillé comme consultante pour la Banque mondiale pendant quelques années et chez Goldman Sachs où elle était responsable de la recherche économique et stratégique pour le sous- Afrique saharienne.

L’argument principal du texte de l’économiste africain est que l’aide destinée à l’Afrique, au lieu de promouvoir la croissance économique, a condamné le continent à la pauvreté et à la dépendance continue de l’aide internationale pour sa survie.

Moyo souligne que tandis que des milliards de dollars sont reçus chaque année par l’Afrique, ses nations restent embourbées dans la misère. La croissance économique est extrêmement lente et les pays africains sont de plus en plus endettés, leurs économies étant ruinées par l’inflation. Cela augmente l’instabilité gouvernementale, les troubles civils et, bien sûr, paralyse le développement social.

L’économiste souligne que l’aide est un désastre complet en termes politiques, économiques et humanitaires. Elle étaye ses affirmations par des données : « Au cours des 60 dernières années, des milliards de dollars d’aide au développement ont été transférés des pays riches vers l’Afrique. Cependant, le revenu par habitant est aujourd’hui inférieur à ce qu’il était dans les années 1970, et plus de 50 % de la population (350 millions de personnes) vit avec moins d’un dollar par jour, un chiffre qui a presque doublé en deux décennies. »

Elle dit que la victimisation de certains groupes africains est le plus grand obstacle au développement du continent « … regardez les choses de cette façon. La Chine a une population de 1,3 milliard d’habitants et seulement 300 millions vivent comme nous (avec un haut niveau de qualité de vie). Il y a 1 milliard de Chinois qui vivent en dessous de cette norme. Connaissez-vous quelqu’un qui s’inquiète pour la Chine ? Personne. « 

L’arrière-plan derrière tout cela est que l’argent de l’aide en Afrique est utilisé pour lutter contre la famine, les urgences médicales, l’approvisionnement en eau potable et d’autres besoins de base, ce qui est bien sûr extrêmement important, mais ils ne s’attaquent qu’aux symptômes et non à la cause. Si l’argent envoyé n’est pas mis en production, les gens continueront à peine à survivre avec l’aide extérieure, mais ne pourront jamais vaincre la pauvreté ; de plus, une partie

de cet argent sert parfois à perpétuer et à soutenir des régimes totalitaires au pouvoir, car pour faire parvenir les ressources à la population il faut passer par eux, et une grande partie des ressources est perdue à cause de la corruption.

Ce dont un continent comme l’Afrique a besoin, c’est d’investissements dans des domaines économiques qui génèrent des structures de développement durable. Cela passe par l’éducation, bien sûr, mais aussi la promotion d’une culture entrepreneuriale, pour créer des emplois et augmenter la production du continent, qui est la seule chose qui puisse permettre aux Africains d’avoir leur propre maison et de manger leur propre nourriture en quelques décennies, sans dépendre de l’arrivée d’argent des pays développés.

Il a été dénoncé que même l’aide internationale a fragilisé les quelques producteurs locaux qui existent en Afrique, puisqu’ils envoient des produits subventionnés (voire gratuitement) dans la région, qui concurrencent directement les produits qui y sont fabriqués.

En 1990, 280 millions de personnes vivaient dans l’extrême pauvreté en Afrique ; aujourd’hui, ce chiffre dépasse les 430 millions. Des pays comme le Soudan du Sud et le Niger ont des taux de pauvreté extrême supérieurs à 90 %, on estime donc que d’ici 2030, environ 9 personnes extrêmement pauvres sur 10 vivront en Afrique subsaharienne.

Contrairement à la situation en Afrique, selon la Banque mondiale, il y avait 1,9 milliard de personnes dans l’extrême pauvreté dans le monde en 1990, et aujourd’hui, ce chiffre est tombé à 736 millions de personnes ; en d’autres termes, alors que plus de 1,1 milliard de personnes dans le monde sont sorties de l’extrême pauvreté au cours des 30 dernières années, la tendance inverse s’est produite en Afrique, où ce chiffre a augmenté d’au moins 150 millions de personnes.

Ces dernières années, des initiatives ont été prises en Afrique pour relancer l’économie, le tourisme en faisant partie. En fait, au cours des deux dernières décennies, cette industrie a connu une croissance annuelle de 9 %, ce qui est positif, mais il en faut beaucoup plus. Un continent comme l’Afrique a besoin d’une diversification de son économie, il a besoin de systèmes politiques plus transparents et moins autoritaires, et en même temps, il a besoin d’une formation constante des membres de ses sociétés pour inaugurer des projets économiques durables.

La réalité africaine peut être transférée à toutes les nations du monde qui traversent des processus similaires d’arriération et de pauvreté, certaines en raison de particularités conjoncturelles et historiques, mais une grande majorité en raison de vices idéologiques et économiques tels que le socialisme, qui a conduit à la faillite de différentes nations d’Europe de l’Est et d’Amérique latine.

La vérité est qu’aucune nation ne peut aller de l’avant ou faire croître l’économie avec des subventions éternelles, sans esprit d’entreprise et sans entreprises privées. Toutes les aides ne sont pas bonnes, il y a des aides qui tuent, comme le montre Dambisa Moyo.

Sans structures économiques, sans éducation et formation, sans emploi, les aumônes ne feront que reporter les mauvais temps des sociétés condamnées à dépendre des dons extérieurs. Et sans aucun doute, les Africains sont capables de bien plus.

Article initialement publié en anglais par Foundation for Economic Education

Emmanuel Rincón

Emmanuel Rincón est avocat, écrivain, romancier et essayiste. Il a remporté plusieurs prix littéraires internationaux. Il est rédacteur en chef chez El American

Veuillez nous suivre et nous aimer

  • 0
  • Share