Les barrières non tarifaires pourraient saper les ambitions de libre-échange de l’Afrique

Veuillez nous suivre et nous aimer

  • 0
  • Share

La nouvelle zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) pourrait transformer les perspectives économiques de l’Afrique. La Banque mondiale estime que la ZLECAf pourrait sortir plus de 30 millions d’Africains de l’extrême pauvreté (définie comme ayant un revenu inférieur à 1,90 $ par jour) et 68 millions de personnes supplémentaires de la pauvreté modérée (un revenu de 5,50 $ par jour), d’ici 13 ans. Pourtant, des obstacles importants existent qui pourraient entraver le développement économique de l’ensemble du continent.

La ZLECAf se concentre principalement sur la réduction des barrières commerciales formelles et par la suite sur l’approfondissement des relations commerciales. Cependant, les barrières non tarifaires (BNT), telles que les quotas, les restrictions à l’importation et les licences d’exportation et d’importation coûteuses, ne sont que quelques obstacles qui, s’ils ne sont pas résolus, continueront de limiter la croissance sur le continent.

Heureusement, certains gouvernements prennent des mesures dans la bonne direction. Le mois dernier, le Kenya et l’Ouganda ont signé un protocole d’accord pour éliminer de nombreuses BNT. Des accords comme celui-ci devraient servir d’exemples à suivre pour les autres nations africaines. 

S’attaquer aux obstacles non tarifaires est crucial. Aujourd’hui, il est plusieurs fois plus cher de transporter des marchandises à seulement 1 700 km de Douala au Cameroun à N’Djamena au Tchad que d’expédier ces mêmes marchandises à 12 000 km jusqu’à Shanghai. Bien que certains de ces coûts élevés puissent être attribués à la médiocrité des infrastructures, les barrières non tarifaires jouent également un rôle important en rendant le commerce entre les États africains plus coûteux, et donc moins probable. Alors que la mise en œuvre de la ZLECAf réduira 90 % des tarifs entre les États africains et rendra le commerce beaucoup moins cher, le refus de s’attaquer aux obstacles non tarifaires continuera de rendre le commerce plus coûteux qu’il ne devrait l’être. 

C’est un calcul simple : plus le commerce devient facile, plus la ZLECAf sera efficace.

Si une quantité substantielle des BNT est supprimée, la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement estime que les pays africains pourraient gagner environ 20 milliards de dollars par an. De même, la Commission économique pour l’Afrique suggère que les volumes des échanges intra-africains peuvent doubler si les tarifs et les ONT sont réduits.

Les barrières tarifaires formelles sont faciles à quantifier et à réduire, mais les obstacles non tarifaires sont plus difficiles à mesurer. Fitch Ratings, une organisation qui a étudié comment la ZLECAf tente de réduire les obstacles non tarifaires, a averti que le processus de suppression des obstacles non tarifaires sera probablement en retard par rapport à la réduction des barrières tarifaires formelles. En outre, ils ont noté que le succès de l’union douanière de la Communauté de l’Afrique de l’Est, qui a débuté en 2005, a été limité en raison des obstacles non tarifaires qui ont augmenté les coûts. Les gouvernements africains devraient s’efforcer de faire en sorte que la ZLECAf ne doive pas subir le même sort.

Un bel exemple de la façon dont les obstacles non tarifaires arbitraires et dommageables peuvent être survenus en décembre 2020 lorsqu’un fabricant de verre tanzanien nommé Kioo Limited a

déposé une plainte. Ils ont affirmé que les autorités frontalières kényanes avaient inutilement refusé de les laisser transporter des produits à travers la frontière entre la Tanzanie et le Kenya. De même, dans les premiers mois de 2020, un différend entre les syndicats des transports de la Gambie et du Sénégal a rendu difficile la traversée de l’autoroute Banjul-Dakar par les véhicules utilitaires. C’était le dernier d’une longue série de différends frontaliers entre les deux pays qui ont sapé le développement de la région pendant des années.

Heureusement, le secrétariat de la ZLECAf a mis en place un site Web sur lequel les entreprises peuvent soumettre des plaintes concernant les obstacles non tarifaires et leurs expériences en matière de transport international de marchandises. Bien qu’il s’agisse d’une mesure réactionnaire, la transparence est utile et met la pression sur les gouvernements qui ont signé la ZLECAf pour qu’ils respectent leurs engagements. En outre, les négociations sur la mise en œuvre de la ZLECAf avancent progressivement et de bons progrès sont réalisés.

La ZLECAf peut et doit être un développement révolutionnaire pour le continent africain. Les avantages d’une intégration accrue grâce au libre-échange sur le continent africain amélioreront la vie de millions de personnes. Cependant, si les obstacles non tarifaires ne sont pas correctement traités, ils réduiront l’impact de la ZLECAf et étoufferont la croissance potentielle. Il est temps que davantage de pays suivent l’exemple du Kenya et de l’Ouganda.

Cet article est publié initialement en Anglais sur ITAP

SUR ALEXANDRE JELLOIAN

Alexander Jelloian est stagiaire à IATP

Veuillez nous suivre et nous aimer

  • 0
  • Share