Pourquoi la liberté compte plus que la sécurité ?

À une époque marquée par les préoccupations en matière de sûreté et de sécurité, beaucoup d’entre nous ont rapidement adopté des mesures de sécurité sans précédent, surveillance et l’expansion du contrôle de l’État. La sécurité doit bien sûr être valorisée, mais certaines questions importantes se posent, en particulier dans le contexte des défis du XXIe siècle : sacrifions-nous trop de liberté dans la recherche de la sécurité ? La liberté est-elle plus importante que la sécurité, et si oui, pourquoi ?

L’idée ici n’est pas de rejeter catégoriquement la sécurité, mais de garantir qu’elle soit réalisée dans les limites de la liberté individuelle, d’un gouvernement limité et de la protection des droits individuels. De plus, il convient de noter que rechercher la sécurité sans tenir dûment compte de la liberté peut paradoxalement rendre le monde moins sûr.

Mais quelle est la force motrice derrière cette conviction selon laquelle la liberté doit être favorisée même au milieu des préoccupations en matière de sécurité ? Examinons les raisons pour lesquelles, dans le but de favoriser une société juste et prospère, le principe de liberté individuelle est primordial.

Comment la recherche de la sécurité peut être dangereuse

Des mesures de sécurité et des réglementations excessives peuvent étouffer l’innovation et le progrès économique. Dans une société où le contrôle gouvernemental est omniprésent, les individus et les entreprises peuvent être découragés de prendre des risques ou de poursuivre des idées innovantes. Cela peut entraîner une stagnation économique et un manque de dynamisme, ce qui entrave la prospérité globale.

Lorsqu’une société donne la priorité à la sécurité avant tout, cela conduit souvent à une concentration du pouvoir entre les mains de quelques-uns. Les gouvernements peuvent chercher à centraliser l’autorité pour répondre plus efficacement aux menaces perçues. 

Cependant, cette concentration du pouvoir peut saper le système de freins et contrepoids qui est essentiel pour prévenir les abus de pouvoir. Des tendances autoritaires peuvent émerger, mettant en péril les principes de démocratie et droits individuels.

En effet, le risque le plus préoccupant est sans doute le glissement progressif vers l’autoritarisme. Cela commence souvent par des mesures de sécurité apparemment bien intentionnées, mais peut évoluer vers un régime autoritaire à part entière si rien n’est fait. 

Une fois établis, les gouvernements autoritaires sont notoirement difficiles à démanteler, et l’érosion des libertés individuelles devient une réalité bien ancrée à long terme.

En effet, l’histoire regorge d’histoires d’autoritarisme émergeant lorsque les sociétés donnent la priorité à la sécurité ou à la stabilité perçue plutôt qu’à la liberté individuelle. 

Voici quelques exemples historiques notables :

Allemagne nazie (1933-1945) : celle d’Adolf Hitler accéder au pouvoir en Allemagne est un exemple frappant d’autoritarisme émergeant au nom de la sécurité et de la stabilité. Au lendemain de la Première Guerre mondiale et de la crise économique de la République de Weimar, de nombreux Allemands aspiraient à la stabilité. 

Hitler avait promis de rétablir l’ordre et d’assurer la sûreté et la sécurité économique, mais son régime a rapidement démantelé les institutions démocratiques, réprimé la dissidence et imposé un régime totalitaire marqué par la violence et la terreur.

Union soviétique (1917-1991) : La révolution russe de 1917 a conduit à la montée de l’Union soviétique. Alors que la promesse initiale était de créer une société juste et équitable, la poursuite de la sécurité collective et de la transformation sociétale a conduit à un régime sous Joseph Staline marqué par des purges, des exécutions massives et un mépris total des libertés individuelles. La « sécurité » du régime soviétique s’est faite aux dépens de la liberté individuelle, du progrès et de la prospérité. 

États-Unis après le 11 septembre (de 2001 à aujourd’hui) : à la suite des attentats terroristes du 11 septembre, le gouvernement américain a mis en œuvre une série de mesures de sécurité au nom de la sûreté.  Le Patriot Act a étendu les pouvoirs de surveillance et le gouvernement s’est engagé dans une collecte massive de données. Ces mesures compromettaient les libertés civiles et le droit à la vie privée, fournissant un exemple frappant de l’érosion des libertés individuelles au nom de la sécurité nationale.

Système de crédit social chinois (en cours) : Le système de crédit social chinois est un exemple moderne d’autoritarisme émergeant sous couvert de sécurité et de stabilité sociale. 

Sous Xi Jinping, le régime communiste a mis en place un système complexe qui attribue des scores aux individus en fonction de leur comportement, de leurs activités en ligne et de leurs interactions sociales. Ceux qui ont de faibles scores sont confrontés à des restrictions sur divers aspects de la vie, notamment les déplacements et l’accès à certains services. Le système est conçu pour promouvoir le respect des politiques gouvernementales, mais il soulève d’importantes préoccupations en matière de vie privée et de liberté d’expression.

La liberté est le principe fondamental qui permet la justice et la prospérité

La liberté n’est pas une aspiration abstraite ; elle constitue plutôt le fondement même d’une société juste et prospère. En recherchant la sécurité, nous ne devons pas oublier les principes intemporels qui définissent notre civilisation.  L’idée de la liberté en tant que fin importante en soi est au cœur du discours philosophique depuis des siècles, défendue par les penseurs classiques libéraux et des Lumières qui ont jeté les bases intellectuelles du monde moderne.

John Locke, figure marquante de l’ère des Lumières, soutenait que les individus possèdent des droits naturels, notamment la vie, la liberté et la propriété. Ces droits, a-t-il soutenu, précèdent l’existence du gouvernement et ne peuvent être supprimés sans motif valable. 

Les idées de Locke ont jeté les bases du concept de gouvernement limité et de liberté individuelle. Il croyait que les gouvernements existent pour protéger ces droits et que leur légitimité découle du consentement des gouvernés. Pour Locke, la primauté de la liberté n’était pas simplement une notion philosophique ; c’était un modèle pour construire une société juste.

De même, Moulin John Stuart, une autre personnalité influente de libéralisme classique, a souligné l’importance de la liberté individuelle comme moyen de promouvoir le bien-être et le progrès de la société. Mill a soutenu qu’une société qui favorise la liberté de pensée, d’expression et d’action permet aux individus de rechercher leur propre bonheur et leur propre développement. 

Dans son célèbre ouvrage, De la Liberté , il affirmait que la seule justification pour limiter la liberté individuelle est d’éviter de nuire à autrui. Mais ce préjudice doit être réel et démontrable pour qu’un individu soit empêché de poursuivre son action – et pas seulement un risque potentiel.

Pourquoi la liberté nous fait prospérer

L’un des aspects essentiels de la liberté est l’idée qu’elle permet aux individus d’assumer la responsabilité de leurs choix et de leurs actes. Dans une société qui donne la priorité à la sécurité au détriment de la liberté, la responsabilité personnelle passe souvent au second plan. 

Cela peut aboutir à une culture de dépendance, dans laquelle les individus se tournent vers le gouvernement pour trouver des solutions à chaque problème, érodant ainsi l’autonomie et la résilience qui sont essentielles à une société prospère.

De plus, la liberté favorise l’innovation et la prospérité économique. L’histoire a montré que les sociétés jouissant d’une plus grande liberté économique bénéficient d’une plus grande croissance économique et d’un niveau de vie plus élevé. 

Lorsque les individus sont libres de poursuivre leurs intérêts économiques et d’innover sans ingérence excessive du gouvernement, cela conduit à la création de richesses et d’opportunités.

La diversité culturelle et intellectuelle prospère également dans une société libre. L’échange d’idées et de perspectives est vital pour la croissance des connaissances et le développement d’une culture dynamique. Dans une société qui valorise la liberté, les individus sont encouragés à s’exprimer et à remettre en question les normes établies, conduisant ainsi au progrès social et à une culture plus dynamique et inclusive.

Conclusion

Même si la sécurité est sans aucun doute importante, elle doit être assurée dans le cadre de la liberté individuelle et d’une intervention gouvernementale limitée pour garantir une société prospère et dynamique.

Les leçons de l’histoire et les idées des libéraux et des libéraux classiques Éclaircissement les penseurs nous rappellent que sacrifier trop de liberté au nom de la sécurité peut conduire à un chemin périlleux. Pour maintenir une société juste et prospère, il est essentiel de chérir et de respecter le principe de liberté individuelle.

Cet article est apparue pour la première fois en Anglais sur Learn Liberty  et traduit en français par Institute for Economics and Enterprises

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Scroll to Top