Burundi : Le Capitalisme, un pneu de secours dans la lutte contre la corruption ?

Selon Transparency International, les pays qui ont plus de plus de liberté  économique sont les moins corrompus, or le pays des tambours fait encore la queue du classement se positionnant à la 168ème place sur les 180 pays évalués. Dans une telle position, le capitalisme et ses principes s’imposent comme pneu de secours dans la lutte contre la corruption et toute malversation économique afin de booster les indicateurs de la liberté économique. Plus d’éclaircissement avec notre collègue, Odyssé NIYONKURU

Commençons par une brève définition. Le CAPITALISME est un système économique où les acteurs privés possèdent et contrôlent des biens conformément à leurs intérêts, et l’offre et la demande fixent librement les prix sur les marchés, de la meilleure manière qui soit pour la société. L’essence du capitalisme est la recherche du profit. Adam Smith, philosophe du XVIIIe siècle et père de l’économie moderne, l’a dit : « Ce n’est pas de la bienveillance du boucher, du brasseur ou du boulanger que nous attendons notre dîner, mais plutôt du soin qu’ils apportent à la recherche de leur propre intérêt ». Dans un échange librement consenti, les deux parties recherchent chacune leur avantage, mais aucune des deux ne peut obtenir ce qu’elle veut sans tenir compte du souhait de l’autre. C’est cela donc qui peut conduire à la prospérité économique.

4 moyens d’arrêter la corruption par le capitalisme.

Au Burundi comme partout ailleurs, la corruption nait surtout de la complexité du système économique qui empêchent les à produire à cause de l’inondation des règlementations sur le marché. La corruption s’impose alors comme un moyen de lobbying permettant aux entreprises et individu d’échapper ces réglementations multiples, créant ainsi des inégalités.

Pour prévenir ou juguler à cette pratique, le système économique doit puiser sa grandeur dans les piliers du capitalisme qui convergent sur la création d’un marché libre qui tiennent en considération la compétition et la concurrence des biens et services :

Primo, la propriété privée, qui permet aux individus de posséder des biens matériels (terres, maisons) et immatériels (actions, obligations), stimule l’intérêt personnel, qui pousse les individus à agir selon leur propre avantage, insensibles à la pression sociopolitique. Ces individus non coordonnés finissent néanmoins par profiter à la société comme s’ils étaient guidés par une main invisible dans la quête de la prospérité.

 Secundo, la concurrence, qui, en laissant les entreprises libres de pénétrer et de quitter le marché, maximise la prospérité sociale, c’est-à-dire la prospérité commune des producteurs et des consommateurs; un mécanisme de marché qui détermine les prix d’une façon décentralisée par les interactions entre acheteurs et vendeurs : les prix déterminent ensuite l’affectation des ressources, naturellement en vue d’atteindre la plus grande satisfaction, non seulement pour les biens et les services, mais aussi pour les salaires.

Tertio, la liberté de choix en matière de consommation, de production et d’investissement : un client mécontent peut acheter d’autres produits, un investisseur placer son argent dans un projet plus lucratif, et un travailleur quitter son emploi pour un autre mieux rémunéré.

Quarto, le rôle limité des pouvoirs publics, qui doivent protéger les droits des citoyens et maintenir un environnement propre à favoriser le bon fonctionnement des marchés. En fonction du degré de force de ces piliers, on distingue différentes formes de capitalisme. Dans les économies de marché, la réglementation des marchés est minime ou inexistante. Dans les économies mixtes, le marché joue un rôle prépondérant, mais les pouvoirs publics le réglementent davantage afin d’en corriger les défaillances (pollution, encombrements, etc.), de promouvoir le bien-être social, ou pour d’autres raisons comme la défense ou la sécurité publique. Le capitalisme mixte est actuellement le modèle dominant.

Il faut agir maintenant !

La corruption freine la croissance économique, nuit à l’état de droit et entraîne un gaspillage de compétences et de précieuses ressources. Lorsque la corruption est omniprésente, les entreprises hésitent à investir face au coût nettement plus élevé de l’activité économique.

A mon humble avis, rien ne peut pas vaincre la pauvreté si la corruption persiste au Burundi, il faut que les lois et les stratégies soient mises en œuvre pour éradiquer la culture des ponts de vins qui enclouent le pays de  Mwezi sur la croix de la pauvreté depuis son indépendances. Pour y arriver, la voie n’est autre que le cheminement vers capitalisme.

A propos de nous:

Institute for Economics and Enterprises est un groupe de réflexion independant. Il promeut un système économique caractérisé par une philosophie de marché libre, d’état de droit et de propriété privée

Liberté économique, une piste pour résoudre la surtaxation au Burundi?

L’autofinancement budgétaire durant les sept dernières années rime avec la superposition des taxes et impôts, ainsi que l’introduction de nouvelles régulations fiscales. Dans un pays où l’entrepreneuriat est dominé par les petites entreprises des Start ups qui cherchent encore à se confirmer, il devrait y avoir des politiques fiscales qui favorisent la croissance économique en diversifiant les sources des recettes. Analyse de notre collègue Edgard MUGENZI

Les exemples sont légions. A titre illustratif, pour chaque kg de sucre acheté, il est appliqué une taxe de 600 Fbu. Quant à la sainte mousse qui est devenue un gisement des recettes, sa taxe a passée de plus de 90 milliards BIF en 2018 à 129.3 milliards BIF de recettes publiques, soit une augmentation de 39,3 milliards BIF. Sur la période 2018/2022, cette hausse fiscale se chiffre à plus de 43%. 

Pour NKENGURUTSE Salvator, économistes et commerçants, les surcharges fiscales contribuent dans l’augmentation des prix sur le marché et par conséquent c’est toute la population qui en paye le prix cher : « Quand la taxe augmente sur un produit, le prix doit nécessairement monter, et dans tous les cas, c’est au consommateur que revient l’impact direct », explique-t-il.

Des nouvelles mesures, mais…

Le projet de loi des finances instaure 14 nouvelles mesures fiscales. Ce projet compte retenir 15% sur les locations des véhicules et autres engins, à l’exception des celles effectuées par les contribuables qui en font la profession. Il est prévu un prélèvement forfaitaire pour les déclarants en douane de 30 000 FBu, soit une hausse de 50%. De même sur chaque opération de transfert d’argent mobile, il sera prélevé 1% sur la commission perçue par l’intermédiaire. De plus, les associations sans but lucratif ne sont pas exonérées sauf les exonérations reconnues par les lois nationales et internationales. 

Les métiers du secteur formel ne sont pas épargnés. A partir de l’exercice 2022-2023, les notaires et les avocats sont tenus de calculer et de payer au compte du Trésor public la taxe, soit 10% des honoraires encaissées. Dans le secteur du transport rémunéré, en plus du contrôle technique et de la redevance routière, l’article 70 du PLF instaure un impôt forfaitaire libératoire trimestriel sur le transport rémunéré. Par exemple, un bus de plus 35 places va payer 54 000 FBu tous les trois mois. Quant aux institutions financières, ils vont contribuer à hauteur de 5% de leur résultat brut avant impôt au projet du développement du pays.

La liberté économique, une solution ultime

Pour résoudre la problématique de surtaxation, il faut penser avant tout à stimuler plusieurs sources de recettes, donc instaurer des stratégies qui offrent la liberté des personnes à produire et à investir librement dans tous les domaines de la vie économique. Ici il faut divorcer avec la corruption, le favoritisme et interventionnisme étatique car « L’aide du gouvernement aux entreprises est tout aussi désastreuse que la persécution du gouvernement, le seul service qu’un gouvernement peut rendre à la nation est de ne pas toucher à la situation », Capitalism: The Unknown ideal, Ayn Rand, 1966.

C’est-à-dire que le gouvernement doit laisser aux peuples la liberté de produire et de retirer l’interventionnisme étatique en privatisant les entreprises publiques qui, de surcroît, monopolisent aujourd’hui les marchés sans jamais montrer de progrès remarquables pour libéraliser le capital et les capitaux. Cette façon de laisser les gens produire librement stimule l’innovation, la production et attire les capitaux, ce qui revient à élargir le nombre de contributeurs à l’assiette fiscale de l’État, à augmenter l’emploi et à résoudre le problème de la pauvreté.

A propos de nous:

Institute for Economics and Enterprises est un groupe de refléxion independant. Il prone des idées liberales classiques et reve un Afrique libre et prospère.

Burundi : Libéralisation du secteur café, une aubaine pour booster les revenus agricoles ?

Au Burundi l’agriculture contribue 39,6 % au Produit Intérieur Brut (PIB) et offre 84% d’emplois. Elle fournit 95% de l’offre alimentaire et est le principal pourvoyeur de matières premières à l’agro-industrie, le café constitue la principale source des exportations agricoles et fait vivre plus de 6000 familles. Néanmoins, la nationalisation de la filière est de loin de produire les effets escomptés car la production évolue en dents de scie. Analyse de notre collègue Guy Marie Eloi IGIRUBUNTU.

En 2021,  Plus de 70% de la valeur des exportations sont dominés par 3 produits dont deux logent dans le secteur agricole. Les exportations du Burundi 2021 sont essentiellement dominées par le café, le Thé et les minerais qui totalisent à eux seuls 73,4% de la valeur totale des exportations des produits locaux. Leurs proportions sont : le café (32,3%), le thé (22,3%) et les minerais dits de 3Ts (18,8%).

En effet la filière café est un secteur porteur de croissance économique. Elle fait vivre des milliers de caféiculteurs, plus de 600milles familles qui s’occupent de la production de ce produit si stratégique et le café se présente comme la première source de devises issues des exportations. Sur 74,8 milliards de Fbu résultant des exportations pour le quatrième trimestre de l’année 2021, le café représente plus de 47%, soit 35,2 milliards de Fbu selon l’Office Burundais des recettes (OBR).

Les défis à relever

La production continue à diminuer malgré les stratégies de nationalisation de la filière café prises depuis la campagne café 2020-2021. La nationalisation de la filière est de loin de produire les effets escomptés. La production évolue en dents de scie ou tout simplement elle a fortement chuté. Les expéditions de café ont rapporté 26,6 millions $ en 2021/2022 l’avait signalé le ministère en charge de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage, le 22 juillet dernier. L’enveloppe affiche un recul de 13 % comparativement à la campagne précédente où un revenu de 30,7 millions $ avait été engrangé. Cette déconvenue est imputable à la forte baisse de l’offre qui est passée de près de 15 000 tonnes à seulement 6 490 tonnes durant ladite campagne. Une situation qui a entraîné une contraction des expéditions de 59 % à 6 384 tonnes.  

Plus largement, il s’agit de la troisième campagne consécutive marquée par une contreperformance à l’export depuis le record de 41 millions $ de recettes engrangées en 2018/2019, soit un an avant la renationalisation du secteur libéralisé depuis 1991. Un exploit qui avait été rendu possible grâce à une production de 25 000 tonnes de fèves.

Cette nationalisation a annulé aussi la compétition «Cup of excellence» qui, n’existe plus alors qu’elle encourageait les caféiculteurs à miser sur la qualité du café en vue d’obtenir des primes, propos d’un caféiculteur en durci. Cet évènement visait en quelque sorte la promotion du café. Pas mal d’acheteurs potentiels et de traders faisaient le déplacement pour s’emparer des meilleurs lots.

Que faire ?

A mon humble avis, il est important de repenser à la politique agricole pour valoriser les efforts des producteurs. Il s’avère également nécessaire de libéraliser et de labéliser le café burundais pour qu’il soit compétitif sur le marché régional et international. Il faudra également investir dans la promotion du meilleur café à travers la création des marchés de niche, continue le spécialiste. Tels techniques devraient se faire sur n’importe quel produit agricole surtout de rente en vue d’augmenter les quantités exportées qui apportent à leur tour des devises dans le pays et comme ça on stimulera progressivement la croissance économique de notre pays des tambours.

A propos de nous:

Institute for Economics and Enterprises est une organisation independante qui rève un Afrique libre et prospère.

Introduction sur la façon de penser à l’économie

« L’économie est basée sur le concept de l’action humaine en tant que comportement intentionnel. » Ce sont les mots de l’économiste Per Bylund, dont le nouveau livre How to Think about the Economy: A Primer (2022) propose une introduction conviviale à la pensée économique. Son livre est une introduction idéale pour les étudiants en économie. Aperçu du libre avec David Weinberg.

L’idée centrale du livre est que les gens agissent rationnellement, c’est-à-dire pour des buts ou des objectifs. Cela peut sembler évident, mais cela prête souvent à confusion. Par exemple, cela ne signifie pas que les gens réussissent toujours à atteindre les objectifs pour lesquels ils s’efforcent, ou que leurs objectifs sont « raisonnables » aux yeux des autres. Au contraire, cela signifie simplement que les gens agissent pour essayer d’atteindre ce qu’ils apprécient. En d’autres termes, la « valeur » (dans ce sens économique) est subjective. En outre, cela signifie également qu’en tant que discipline, la méthodologie de l’économie est individualiste. 

Et Pourquoi cela ?

Parce que les groupes n’agissent pas, seuls les individus le font. 

Bylund écrit : « Les gens peuvent choisir d’agir de concert, mais ce sont des choix individuels… Que quatre personnes collaborent pour soulever et déplacer un piano ne signifie pas que le groupe a soulevé le piano mais que quatre personnes ont coordonné leurs efforts individuels vers cette fin commune. »

Cette idée clarifie une autre confusion. Beaucoup de gens croient que l’économie favorise les marchés libres. Mais l’analyse économique est en fait une discipline neutre : elle ne peut pas nous dire si nous « devons » faire un choix plutôt qu’un autre, ou promouvoir une politique plutôt qu’une autre. Au lieu de cela, cela nous rend conscients des compromis impliqués dans les choix que nous faisons. Bylund fait valoir ce point en notant que l’économie ne « favorise » pas plus les marchés libres que la physique ne « favorise » la chute libre. Au contraire, le raisonnement économique ne peut se passer du modèle de marché libre, tout comme le raisonnement de la physique ne peut se passer du modèle de chute libre.

De plus, parce que la méthodologie économique est individualiste, les données concernant l’économie globale (ou « macro ») – des données comme le « PIB », « le taux de chômage », « la demande globale », etc. fonctionnements sous-jacents de l’économie, les « pourquoi » de l’échange. Bylund le démontre avec l’exemple suivant : « Disons qu’Adam offre une pomme à Beth et que Beth donne à Adam un litre de lait en retour. Il y a deux manières d’analyser cet échange. L’une consiste à l’étudier de manière empirique en observant l’échange dans la vie réelle et en collectant des données « objectives », c’est-à-dire mesurables avant, pendant et après l’échange. »

Problème avec la méthode ?

Mais le problème avec cette méthode est que les « données objectives » ne nous disent pas pourquoi la pomme est passée d’Adam à Beth. Tout ce qu’il nous dit, c’est qu’une personne (Beth) a une pomme et qu’une autre personne (Adam) a du lait. Mais parce que nous pouvons comprendre l’échange en termes de choix rationnel, nous pouvons en fait savoir pourquoi l’échange a eu lieu. Parce que les gens agissent avec une fin ou un but en tête, nous savons qu’Adam et Beth ont échangé parce qu’ils pensaient tous les deux que l’échange les améliorerait. En termes simples, nous pouvons dire pourquoi l’échange a eu lieu et pas simplement qu’un échange a eu lieu.

Notez, en outre, la notion de tarification que cet exemple introduit. Les prix sont les rapports d’échange de divers biens et services, et ils sont déterminés par la valeur subjective des individus. Les préférences subjectives de Beth et d’Adam concernant le lait et les pommes fixent le rapport d’échange – ou le prix – entre les deux biens : dans ce cas, le « prix » d’une pomme était un litre de lait. Bien que cette illustration implique un échange direct de biens (« troc »), nous pouvons également effectuer des échanges indirects en utilisant de l’argent, qui sert de moyen d’échange dans l’économie moderne. Pour faciliter cela, l’argent doit conserver sa valeur. Les périodes d’inflation (augmentation de la masse monétaire) ou de déflation (réduction de la masse monétaire) peuvent entraîner le déversement de sable dans les rouages ​​de l’échange, ce qui ralentit les échanges. 

Néanmoins, même si l’augmentation de la masse monétaire entraîne généralement une hausse des prix, il ne s’ensuit pas nécessairement qu’il existe une correspondance biunivoque entre la hausse de sa masse monétaire et la hausse subséquente des prix. Comme le note Bylund, un « doublement de la masse monétaire ne doublera pas tous les prix ». Pourquoi ? « Parce que les gens ne réagissent pas de la même manière ni en même temps au doublement de leur trésorerie. » Si quelqu’un achète, disons, trois bananes et que soudainement son argent double, cela ne signifie pas nécessairement qu’il achètera six bananes. Peut-être que l’argent supplémentaire sera dépensé pour un autre bien, ou simplement mis à la banque.

Prévision économique, une entreprise à risque ?

En outre, cela aide également à comprendre pourquoi la prévision économique est une entreprise risquée. Les gens ne sont pas comme les pièces d’un damier qui peuvent être facilement contrôlées et anticipées. Au contraire, les gens ont le libre arbitre. Ils agissent pour atteindre leurs objectifs souhaités, qui changent en fonction des opportunités et des compromis qui émergent spontanément à la lumière des milliards d’autres personnes faisant de même. Les prévisions économiques examinent un instantané de l’économie à un moment donné (et généralement un moment ancien, car les données économiques ne sont généralement disponibles qu’après coup plutôt qu’en temps réel) et la projettent vers l’avant. Mais l’économie n’est pas un instantané, c’est un processus de milliards d’individus agissant de concert les uns avec les autres. D’où la difficulté de prévoir ce que l’économie pourrait faire d’ici un an, voire un mois d’ici.

Mais ce ne sont là que quelques-uns des problèmes que le lecteur rencontrera dans Comment penser l’économie, et pour ceux qui se demandent par où commencer, il s’agit d’une introduction idéale au sujet.

Cet article a été publié initialement en Anglais par FEE et traduit en Français par Institute for Economics and Enterprises

A propos de l’Auteur :

David Weinberg travaillait auparavant dans une institution de politique publique. 

La « Main Invisible » : un guide pour mieux comprendre l’économie

« La vie n’est pas ce que nous voulons. Il s’agit des choix que nous faisons. »  Beaucoup d’entre nous connaissent cette vieille scie, mais combien savent que c’est plus qu’une simple leçon de vie, qu’elle est en fait le noyau central de l’économie ? Le nouveau livre de Matthew Hennessey, Visible Hand: A Wealth of Notions on the Miracle of the Market , explique comment il en est ainsi, et ce faisant, il montre que l’économie n’a pas besoin d’être intimidante pour l’homme de la rue. En fait, en tant que quelqu’un qui avoue n’avoir rien connu de l’économie avant 30 ans, Hennessey, qui est actuellement rédacteur d’opinion au Wall Street Journal, révèle que nous le comprenons intuitivement même lorsque nous ne le réalisons pas.

Prenons la notion de « coût d’opportunité ». Hennessey note que nous sommes tous confrontés à des choix quant à l’endroit où passer notre temps, notre énergie et notre argent. Au lycée, par exemple, Hennessey mentionne qu’il avait le désir à la fois de jouer dans la pièce de théâtre de l’école et de sortir pour l’équipe de baseball, mais parce qu’ils se chevauchaient, il devait choisir entre eux. S’il choisissait le jeu, il devait abandonner le baseball, et vice versa.

En l’occurrence, il a choisi d’agir. Perdre la chance de jouer au baseball était donc un « coût d’opportunité » de cette décision. Et ce n’était pas le seul. En effet, choisir la pièce signifiait renoncer à des opportunités de travailler, d’étudier ou de passer du temps avec des amis, qui étaient toutes des options viables avant qu’il ne prenne sa décision. Le point, alors, est que nous vivons dans un monde où les ressources (y compris le temps) sont rares et pourtant nos désirs sont illimités, ce qui signifie qu’il n’y a pas de « solutions » pour satisfaire tous nos désirs, il n’y a que des alternatives, et choisir parmi impliquent toujours des coûts d’opportunité.

Ainsi, si la « rareté » est la première leçon de l’économie, une conséquence est que nos décisions sont prises à la marge, ou par rapport à si nous voulons plus ou moins de quelque chose. Pour le voir, considérons le choix entre l’eau et les diamants, également connu sous le nom de « paradoxe diamant-eau», qui a déconcerté les économistes pendant près d’un siècle. Même si l’eau est essentielle à la vie et que les diamants ne le sont pas, si nous avions le choix (et en supposant que toutes choses sont égales), nous choisirions d’avoir des diamants plutôt que de l’eau.

Pourquoi ?

La réponse est que lorsque nous faisons un choix, nous ne choisissons pas entre tous les diamants du monde et toute l’eau du monde, auquel cas nous choisirions d’avoir de l’eau pour notre survie. Au contraire, nous choisissons entre avoir plus d’eau ou avoir un diamant supplémentaire. Compte tenu de l’abondance relative de l’eau, en avoir plus n’apporte que peu de satisfaction supplémentaire ; à l’inverse, du fait de leur relative rareté, disposer d’un diamant supplémentaire apporte une satisfaction considérable, ou « utilité marginale », par rapport à l’eau.

À partir de là, Hennessey ajoute la notion de bon sens selon laquelle plus nous avons de quelque chose, moins nous avons tendance à le vouloir, ce que les économistes appellent « l’utilité marginale décroissante ». Il illustre cela par un exemple brillant qui est peut-être le plus mémorable du livre. Imaginez, dit-il, que vous êtes à une foire locale et que vous n’avez pas mangé de toute la journée. Au fur et à mesure que vous parcourez les options alimentaires, vous et vos amis décidez d’acheter un favori de l’enfance, la barbe à papa. « La première bouchée, dit-il, est délicieuse.

Tout le monde sourit avec les yeux alors que ça fond dans la bouche. Le plaisir et les rires se développent vers la deuxième bouchée, mais le frisson culmine immédiatement. La maximisation a été momentanément atteinte. Il pend comme un ballon de football en l’air. À la troisième bouchée, le plaisir est terminé. Tout le monde est dégoûté de soi. Vous et vos amis aimeriez pouvoir revenir en arrière et éviter complètement la barbe à papa.

Si l’utilité marginale est la satisfaction que nous recevons d’avoir la barbe à papa par rapport aux alternatives, la satisfaction décroissante qui vient de chaque bouchée supplémentaire de barbe à papa constitue le concept d’utilité marginale décroissante. Comme le dit Hennessey, « chaque bouchée de barbe à papa procure moins de plaisir, moins d’avantages, moins de satisfaction que la précédente ». La vente à emporter ? Nos décisions sont toujours prises dans un sens relatif – que ce soit d’avoir la prochaine bouchée de barbe à papa ou non – et pas dans un sens absolu – que ce soit d’avoir chaque bouchée de barbe à papa ou pas de bouchées du tout.

C’est une leçon économique essentielle que nos politiciens feraient bien d’apprendre. Après tout, parce que les gens prennent des décisions à la marge, un taux d’imposition sur le revenu trop élevé peut décourager les gens d’entreprendre des activités génératrices de revenus supplémentaires, ce qui signifie qu’une imposition élevée finit par réduire le bien-être, même lorsque cela peut ne pas sembler évident (voir , par exemple, le témoignage personnel de l’économiste Greg Mankiw à ce sujet ici ). Pourtant, les politiciens reconnaissent rarement ce fait lorsqu’ils fanfaronnent sur tous les avantages que leurs lourdes politiques fiscales et de dépenses apporteront.

De plus, Hennessey souligne que la relation entre « l’offre » et la « demande » n’est pas aussi confuse qu’il n’y paraît souvent, car ce sont en fait les deux faces d’une même médaille. Autrement dit, l’offre est la demande, et vice versa. Il aide le lecteur à voir cela en utilisant l’exemple d’une entreprise Lego que son fils aime. Lorsque la société Lego vend des Legos aux consommateurs, ses employés se retournent et dépensent de l’argent pour l’épicerie, l’essence et les divertissements. Ainsi, « l’offre » de Legos constitue la « demande » d’autres biens et services dans l’économie. 

Néanmoins, le livre regorge de leçons comme celle-ci qui sont éminemment relatables, et il est écrit d’une manière à la fois accessible et amusante pour le non-spécialiste. Plus important encore, peut-être, le lecteur en sortira-t-il en sachant que si la vie se résume aux choix que nous faisons, l’économie aussi.

Cet article est apparue pour la première fois en Anglais sur FEE et a été traduit en français par Institute for Economics and Enterprises

A propos de auteur

David Weinberg travaillait auparavant dans une institution de politique publique.

La liberté économique, quelles sont les catégories considérées dans chaque pays ?

Le développement de l’indice a été dirigé par le Dr James Gwartney à la fin des années 1980 et au début des années 1990 comme moyen de mesurer la liberté économique dans chaque pays. Les pays sont notés sur la base de plusieurs catégories et sont répartis en quatre groupes (quartiles) allant du « plus libre » au « moins libre » ou « répressive ». L’indice calcule le score chaque année depuis 2000, et tous les cinq ans depuis 1970 selon les catégories suivantes taille du gouvernement, système juridique et droits de propriété, accès à la monnaie saine, liberté de commerce international et règlement, bref aperçu par Lambert NDUWAYEZU.

Comment mesurer l’indice de la liberté économique ?

Pour comprendre la liberté économique, nous devons examiner comment les auteurs de l’indice la mesurent. Donc quelles sont les catégories prises en compte par ces auteurs ?  Ils le font en considérant cinq catégories à savoir : taille du gouvernement, système juridique et droits de propriété, accès à la monnaie saine, liberté de commerce international et règlement :

De la taille du gouvernement. La première catégorie est la taille du gouvernement. La logique est simple : « plus il y a de ressources contrôlées par le gouvernement, moins les individus peuvent accéder librement aux ressources ». La catégorie mesure la taille du gouvernement en examinant les impôts, les dépenses et la quantité d’industries contrôlées par le gouvernement, entre autres.

L’indice mesure chaque catégorie de 1 à 10. Obtenir un score de 10 signifie que votre pays est le plus libre possible pour cette mesure. En d’autres termes, un « 10 » dans la catégorie de la taille du gouvernement signifierait que vous avez un gouvernement relativement petit. Un « 1 » signifierait que le gouvernement dépense et taxe à des niveaux très élevés.

Du système juridique et droits de propriété. Au cœur de la liberté économique se trouve « la capacité des individus à s’appuyer sur les tribunaux pour des décisions impartiales relatives à des litiges de propriété ». La mesure dans laquelle le gouvernement peut faire respecter les droits de propriété et les contrats de manière impartiale est essentielle à la liberté économique.

De l’accès à la monnaie saine. Les auteurs de l’indice reconnaissent qu’un aspect clé des droits de propriété est « l’accès à une monnaie qui permet l’échange ». Lorsque le gouvernement empêche l’accès à des devises solides et s’engage dans des politiques qui font fluctuer énormément la valeur d’une monnaie nationale, il entrave l’accès à une monnaie saine et entrave les échanges mutuellement bénéfiques.Les auteurs mesurent les variations de la masse monétaire, les variables d’inflation et l’accès aux devises étrangères.

De la liberté de commerce international. La liberté économique inclut la « possibilité d’échanger volontairement votre propriété avec qui vous voulez, quelles que soient les frontières nationales ». Les gains de bien-être qui découlent de la spécialisation permise par le commerce international sont depuis longtemps reconnus par les économistes.

Les droits de douane, les quotas et autres restrictions au commerce international sont considérés dans cette catégorie.

Du règlement. La dernière catégorie de l’indice est la réglementation. Les lois du travail réglementaires, les restrictions à la mobilité des capitaux (comme l’investissement) et les lourdes lois sur les licences sont un obstacle à un marché véritablement libre. Les lois qui rendent certains contrats illégaux en raison de leurs conditions ou des prétendues qualifications des participants constituent des obstacles au commerce volontaire.

L’auteur de l’indice, le Dr Gwartney, l’a résumé succinctement en disant : « Les gens continueront de débattre de la pertinence des politiques pandémiques, mais il ne fait aucun doute qu’elles ont réduit la liberté économique. Le danger maintenant est que bon nombre de ces politiques resteront en place à l’avenir. »

Et donc pourquoi la liberté économique ?

Nous pouvons donc se demander pourquoi la liberté économique est plus importante. Quel est le problème si un pays quelconque se trouve dans la catégorie « répressive » ou « moins libre » ? Théoriquement, l’argument en faveur de la liberté est clair. Lorsque « les gens sont libres de posséder et d’échanger des biens, ils s’efforcent d’améliorer la valeur de leur propriété ». Permettre l’échange permet aux individus d’échanger des choses qu’ils apprécient moins contre des choses qu’ils apprécient davantage.

Il y a beaucoup à dire sur les raisons pour lesquelles les marchés libres sont bons en théorie, mais l’indice de liberté économique montre également que les pays plus libres réussissent mieux dans la pratique. Autrement dit, la théorie fonctionne. Les auteurs constatent systématiquement que les pays « les plus libres » sont plus riches, vivent plus longtemps, ont plus de droits civils et sont plus alphabétisés. De plus, les plus pauvres des pays les plus libres économiquement sont plus riches que les plus pauvres des pays les moins libres. En d’autres termes, la liberté économique n’est pas seulement bonne pour les riches.

( Si vous êtes intéressés par une méthodologie détaillée viellez consulter le site Web de Fraser. )

Par Lambert Nduwayezu, Fondateur de l’Institute for Economics and Enterprises

Burundi : Entre monopole et capitalisme, dans quelle voie faut-il cheminer le secteur agricole ?

Le secteur agricole figure sur la liste des priorités budgétaires 2022-2023 du Burundi, avec une enveloppe de 80 milliards de francs burundais. Cette somme sera principalement affectée à la subvention des engrais organo-mineraux, la production des semences sélectionnés et le repeuplement des cheptels. Plusieurs questions taraudent notre blogueur Guy Marie Eloi sur les stratégies retenues pour améliorer la production agricole ? 

Pendant plus de trente ans, l’agriculture et l’élevage ont été les parents pauvres des investissements nationaux, à tel point que le budget alloué à l’agriculture et l’élevage oscillait entre 5 et 7%. Nonobstant, ce secteur reste jusqu’ici le principal source de revenus au Burundi depuis son indépendance , elle constitue 90% de l’emploi totale et contribue 50% dans le PIB actuellement. En dépit des initiatives visant à réduire les milliers barrières qui empêchent ce secteur à s’épanouir, le chemin reste encore trop long.

En effet, les monopoles et les irrégularités dans la distribution des engrais chimiques et les monopoles dans l’achat et la vente des récoltes par les pouvoirs publics constituent un obstacle de front dans l’accessibilité équitable du marché et la disponibilité des produits agricoles sur le marché au moment opportun, d’où l’instabilité récurrente des prix.

Les défis à relever ?

Les principaux défis souvent rencontrés dans ce domaine est la monopolisation des grands fournisseurs des intrants agricoles indispensables pour la grande production d’une part. L’achat et la distribution des engrais minéraux sont très difficiles. « On est contraint d’utiliser le seul engrais Fomi disponible au Burundi même si sa distribution reste à améliorer », nous raconte Thierry, un cultivateur de Ngozi

Il ajoute que le retard de la distribution des engrais chimiques influence leur niveau de production parce que il arrive que la saison pluvieuse se termine longtemps avant le moment de récolte :  » Le retard de la distribution des engrais induit automatiquement le retard de la plantation, ce qui rapporte ainsi le moment de récolte. Or la pluie peut disparaître dans certaines mesures avant la maturation des plantations, d’où la baisse de la production« , poursuit Thierry.

Parallèlement, le secteur agricole n’est pas libéralisé, le monopole sur l’achat et la vente des récoltes paralyse de plus en plus l’accessibilité des produits sur le marché, ce qui induit la pénurie et l’inflation de certains produits agricoles sur le marché. D’ajouter, les exportations agricoles restent toujours centrées sur un petit nombre de plantes industrielles dont le thé, café et le coton.

Libéralisation du secteur agricole, une solution ?

Pour moderniser l’agriculture au Burundi, les décideurs doivent miser au libéralisation et professionnalisation du secteur. Cela n’impliquerait pas des interférences de l’État dans ce domaine, plutôt une bonne libéralisation du secteur agricole axé sur la libéralisation des intrants, la libéralisation du marché d’écoulement, en jouant sur les prix que le marché fixe lui-même et non pas celui de l’état est très encourageable.

Cela pourrait alors contribuer dans l’amélioration de l’entrepreneuriat rural, fondé principalement sur l’agriculture et l’élevage, ce qui crée les emplois dans le domaine agricole et à la fin du compte la pauvreté, la faim dans les ménages, le chômage élevé qui sévit notre pays seront éradiquer progressivement et porter l’espoir sur la croissance de l’économie nationale. De cette manière le capitalisme agricole peut faciliter l’accessibilité des produits sur les marchés et contenir toute sorte d’inflation par la libéralisation du marché agricole.

Par Guy Marie Eloi Igirubuntu

L’Afrique a besoin de marchés libres, pas de transferts de richesse

Bien que la pauvreté ait été considérablement réduite dans les sociétés industrialisées, elle continue d’attaquer les pays en développement. Environ 689 millions de  personnes , soit environ 9,2 % de la population mondiale, vivent dans une extrême pauvreté, et la plupart d’entre elles se trouvent dans des pays en développement. Cependant, grâce à l’adoption de marchés plus libres, des pays en développement comme la Chine et le Vietnam ont réussi à arrêter la croissance de  la pauvreté .

Un mal préjugé de la philosophie ?

Mais malgré les progrès du capitalisme pour contrecarrer la montée de la pauvreté, certains experts blâment encore  le capitalisme de marché libre  pour l’extrême pauvreté, la faim et les catastrophes environnementales. Pour beaucoup, le capitalisme est un système d’exploitation brutale qui enrichit les riches aux dépens des pauvres. Cependant,  les études  montrent systématiquement que le capitalisme de marché libre est la stratégie la plus efficace pour améliorer la condition humaine et sortir les gens de la pauvreté.

Le capitalisme de libre marché tient ses promesses parce qu’il ne requiert que l’ingéniosité humaine et la liberté de produire sans ingérence du gouvernement. Lorsque les gens peuvent innover sans les inconvénients des réglementations gouvernementales, la création de richesse devient plus facile. De plus, des environnements commerciaux propices à l’entrepreneuriat inciteront davantage de personnes à améliorer leur niveau de vie en créant de nouvelles entreprises.

Plutôt que de dépeindre le capitalisme comme un ennemi du progrès, les experts devraient comprendre que des réglementations inefficaces cultivent la pauvreté dans les pays en développement et que partout où elles ont été démantelées, cela a déclenché une vague d’opportunités productives. L’ économiste AV Chari constate que  les industries  qui ont été retirées de la juridiction de License Raj ont produit une amélioration de la productivité totale des facteurs de 32 % en Inde. Cette amélioration s’explique par la baisse des coûts d’entrée et l’assouplissement des contraintes de capacité.

Sans surprise, la dérogation aux réglementations a permis de consacrer plus de temps et de ressources au développement des entreprises, améliorant ainsi la productivité. De plus, se conformer aux réglementations est souvent coûteux, donc en leur absence, plus de fonds peuvent être déployés dans l’expansion de l’entreprise. Par conséquent, la déréglementation réduit le coût de l’expansion des entreprises en garantissant que les ressources qui auraient été dépensées en raison des mandats gouvernementaux restent dans les coffres de l’entreprise et peuvent financer l’expansion.

Comme la déréglementation, la libéralisation est un autre outil de marché libre qui améliore le niveau de vie dans les pays en développement. Les sentiments protectionnistes sont toujours influents dans le monde en développement, mais protéger les marchés locaux de la concurrence ne parvient pas à élever les pauvres. Les pays qui adoptent la mondialisation sont plus susceptibles de bénéficier du transfert de technologie et d’enregistrer des réductions de la pauvreté. Bien que les importations soient perçues comme négatives, elles doivent être célébrées car les importations bon marché permettent aux personnes pauvres ayant moins de revenus disponibles d’économiser plus d’argent.

Ouverture commerciale comme solution ?

En Afrique, malgré le revirement de certaines politiques économiques rétrogrades, le protectionnisme continue de faire rage, notamment en raison des  retombées économiques  induites par le covid-19.  Une plus grande proportion des pauvres du monde vivent en Afrique subsaharienne (ASS) que partout ailleurs, c’est pourquoi la région devrait être plus sérieuse en matière d’ouverture commerciale que les autres régions. 

Jennifer Mbabazi, Oliver Morrissey et Chris Milner dans l’article « Trade Openness, Trade Costs and Growth: Why Sub-Saharan Africa Performs Poor »,  affirment que compte tenu de ses désavantages naturels, l’ouverture commerciale est particulièrement importante pour l’ASS : Les politiques qui encouragent les exportations et la diversification, et qui réduisent les obstacles à l’ouverture, peuvent stimuler les performances économiques.

Samuel Kwaku Agyei et Godwin Adolf Idan dans « Ouverture commerciale, institutions et croissance inclusive en Afrique subsaharienne »  soulignent  que l’Afrique subsaharienne a régressé dans la réduction des niveaux de pauvreté et que si les tendances actuelles persistent, 90 % de la population mondiale extrêmement pauvre sera résidant dans cette région. Pour éviter cette crise, ils recommandent aux pays d’Afrique subsaharienne de renforcer leurs institutions afin de promouvoir la bonne gouvernance et l’ouverture commerciale.

De même, les économistes déplorent généralement que l’Afrique soit sous-capitalisée ; cependant, la promotion de l’ouverture commerciale  peut faciliter la formation de capital en Afrique. Les biens de grande valeur sont souvent produits dans les pays riches ; par conséquent, les politiques qui permettent l’importation d’intrants étrangers permettent aux pays africains de remonter la chaîne de valeur. Les entrepreneurs africains produiront des produits de meilleure qualité pour les marchés d’exportation et nationaux et, par extension, acquerront plus de fonds pour alimenter une expansion et une accumulation de capital supplémentaires. Mais cela pourrait être un choc pour beaucoup que l’ouverture non seulement favorise la croissance, mais réduit également les inégalités. Dans un document de travail du Fonds monétaire international intitulé « Income Inequality in Small States and the Caribbean: Stylized Facts and Determinants », les auteurs  notent  qu’en attirant les investissements directs étrangers, l’ouverture financière conduit à plus d’emplois et à moins d’inégalités.

Blâmer le capitalisme pour les taux de pauvreté dans les pays en développement est politiquement correct, mais comme la plupart des hypothèses à la mode, cela ne peut pas être vérifié par des données. Les marchés libres ont enrichi le monde industriel, et les pays en développement peuvent facilement rejoindre la ligue des nations riches, s’ils ignorent les élucubrations erronées des intellectuels des pays riches.

Cet article est paru pour la première fois dans Mises Wire en Anglais et a été traduit en français par Institute for Economics and Enteprises.

Par Lipton Matthew : chercheur, analyste commercial et contributeur à mises.org,  The Federalist ,  The Imaginative Conservative ,  Merion West  et  American Thinker 

Afrique : L’individualisme, une philosophie adaptée pour la prospérité ?

Alors qu’individualisme est une philosophie favorisant l’initiative individuelle, l’indépendance et l’autonomie de la personne au regard de la société ; une doctrine qui fait de l’individu le fondement de la société et des valeurs morales, le collectivisme, lui ; est un système économique fondé sur la propriété collective des moyens de production. L’un voit la lutte de la pauvreté dans l’initiative individuelle / privée alors que l’autre c’est dans l’initiative publique / coopérative, collectivité. Donc, la différence entre collectivisme et individualisme réside dans ce que chaque idéologie considère comme important: l’individu ou le groupe.

Pourquoi alors l’individualisme ?

Dans son « Second traité de gouvernement », Locke soutient que les droits individuels sont le fondement d’une société libérale. La conclusion est qu’il est mauvais de violer les droits de propriété d’autrui : « Bien que la terre et toutes les créatures inférieures soient communes à tous les hommes, chaque homme a une propriété sur sa propre personne, sur laquelle personne n’a de droit à part lui-même. Le travail de son corps, et le travail de ses mains, nous pouvons dire, sont proprement à lui. »

Une philosophie qui met les décisions de l’individu au centre de tout a déjà révélé ses atouts dans le combat de la pauvreté. Une société qui valorise le fondement libérale est une société prospère. Par exemple, nous trouvons une codification la plus célèbre « des principes du libéralisme » dans la Déclaration d’indépendance des Etats Unis d’Amérique : “Nous tenons ces vérités pour évidentes, que tous les hommes sont créés égaux, qu’ils sont dotés par leur Créateur de certains droits inaliénables, que parmi ceux-ci se trouvent la vie, la liberté et la recherche du bonheur. » Pourquoi ne pas se demander si ce n’est pas la raison de la puissance économique de l’Amérique ?

Une philosophie pour l’avenir africaine ?

La lutte contre la pauvreté a été et continue à être un combat de longue haleine dans le monde entier. Les pays africains, quant à eux devraient doubler les efforts. Plutôt devrait chercher une philosophie à adopter qui peut aider dans cette lutte. Il semble que le libéralisme a déjà démontré son impact positif dans ce chemin de croix. Lorsque nous cherchons à vaincre la pauvreté, nous devrons tenir compte des droits individuels, à commencer par le droit de propriété de soi.

La philosophie de l’individualisme a radicalement modifié nos relations les uns avec les autres. Elle a créé des cultures individualistes qui célèbrent l’accomplissement individuel, ainsi que des structures politiques et économiques qui protègent les droits individuels. En conséquence, comme George Ayittey les appelaient « Génération des Guépards », des générations de briseurs de moule et de pionniers ont renouvelé et amélioré notre monde, en tant qu’explorateurs, pionniers, inventeurs, entrepreneurs, artistes, scientifiques et leaders moraux.

À mesure que le temps avance, de nouveaux innovateurs ont la possibilité de se lever et de faire la différence. Et l’appel de ceux deux auteurs, Dan Sanchez et Patrick Carroll,ne nous échappe pas:« En décidant de tracer notre propre voie, nous pouvons nous aussi devenir des agents de changement revitalisants dans un monde qui stagne. Nous pouvons ouvrir de nouvelles voies là où d’autres ne sont pas encore allés, et nous pouvons donner l’exemple à ceux qui viendront après nous. »

La seule question est de savoir si nous allons saisir cette évidence d’Henry David Thoreau : « Si un homme ne suit pas le rythme de ces compagnons c’est peut-être parce qu’il entend un autre tambour. Qu’il marche au rythme de la musique qu’il entend, même si elle est mesurée ou lointaine ». Le ferez-vous ?

Par Lambert Nduwayezu, Fondateur et Directeur de l’Institute for Economics and Enterprises.

Afrique : Le collectivisme, une menace pour la lutte contre la pauvreté ?

Depuis les années 60, les pays africains cherchent à accéder à leur indépendance tant économique que politique. Cependant lorsqu’ils cherchent à rompre avec le système colonialiste, ces « leaders nationalistes » ont eu du mal à choisir le système économique propre à l’identité africaine.

A croire que le système capitaliste était propre au colonialisme, plusieurs d’entre eux ont voulu adopter le collectivisme comme système économique de leurs pays. Cependant, il y a lieu de se demander : Pourquoi nous sommes toujours dans la pauvreté ? Et si nous avons fait fausse route dès la recherche de nos indépendances, depuis les années 60 ?  

Quid du collectivisme.

Le collectivisme est un système économique (philosophie) fondé sur la propriété collective des moyens de production, selon le dictionnaire Larousse. Les adeptes du collectivisme voient la lutte de la pauvreté dans l’initiative publique / coopérative, collectivité. Donc, le mot clés de l’idéologie du collectivisme réside dans ce qu’elle considère comme important: « le groupe ».

En raison de vouloir rompre avec le colonialisme, les dirigeants africains ont voulu adopter un système économique radicalement opposée. Dans leurs plans de développement, nous y trouvions souvent ce que Georges Ayittey a qualifié « religion de développement, qui a façonné ou dirigée une grande partie de l’effort de développement postcoloniale ».

Donc, après l’indépendance des pays africains, de nombreux dirigeants nationalistes africains adoptèrent une idéologie socialisme comme idéologie directrice. Et au lieu de chercher aux problèmes africains les solutions internes africaines, ils cherchaient les solutions extérieures. Et cela dans la tendance de la « religion de développement ».

Cette tendance n’a pas cessé de se développer. Aujourd’hui, la majorité des pays africains fêtent leurs plus de 60 ans d’’indépendance politique. Mais l’indépendance économique reste à désirer. La pauvreté reste une grande menace de nos pays malgré les multiples politiques pour en sortir. Et nous devrions nous poser cette question actuellement : « Et si nous avons fait fausse route il y a plus de 60 ans ? »

 Une philosophie vouée à l’échec ?

En Afrique, nous rencontrons souvent des discours prônant le collectivisme : promotion des coopératives et associations dans la recherche du bonheur ou pour lutter contre la pauvreté. Cela n’est pas d’aujourd’hui, il date depuis la recherche de l’indépendance de nos pays. L’expérience et l’histoire montrent que l’adoption du système économique collectiviste a échoué dans la lutte contre la pauvreté dans le monde entier.

Dans son article critique du collectivisme en URSS, l’auteur Gérard-Michel Thermeau se posait cette question cruciale : « Le  socialisme réel aurait un bilan globalement positif selon ses adeptes. Qu’en dit vraiment l’histoire ?» La force est de constater que ce système n’a jamais réussi. Il conclut : « Le communisme reste toujours à l’horizon. Faut-il s’en étonner ? Seul le marché est intéressé à satisfaire les désirs individuels. En supprimant le marché, l’économie socialiste mettait en avant les seuls besoins définis par les gouvernants. »

En Afrique en général, nous avons essayés le collectivisme, sous toutes ses formes. Malheureusement cela a échoué tout comme dans le monde entier. Il est clair que cela ne pourrait jamais fonctionner à n’importe quelles stratégies « planifiées ». C’est un système défaillant, à la fois conceptuellement et moralement et qui cause en plus trop de morts. Il finit toujours à créer des inégalités et des classes dans un même « groupe ». Toujours les profitants sont les dirigeants du « groupe ». Ce n’est pas difficile de voir cela. Portez vos regards dans les pays communistes. Pourquoi allez loin ? Non, restez ici.

Pour avancer mieux dans notre lutte, il est primordial d’adopter l’opposé du collectivisme et de l’étatisme. Cela consiste à accorder aux gens la liberté de commercer, reconnaître les gens comme des individus différents capables de rechercher leur propre bonheur tel que défini par eux-mêmes.

Par Lambert Nduwayezu, Fondateur et Directeur de l’Institute for Economics and Enterprises