Qu’est-ce que l’économie ?

Veuillez nous suivre et nous aimer

  • 0
  • Share

L’économie est un domaine passionnant. L’économie d’autrefois cherchait à découvrir comment le monde fonctionne. Cela a montré, ou même prouvé, qu’il existe un ordre naturel. Il y a une structure dans le chaos apparent. L’économie a quelque chose d’une vie propre : elle a une nature. Cela signifie non seulement que nous pouvons l’étudier et en apprendre davantage sur ses manières, mais aussi que nous ne sommes pas libres de le modifier à volonté et que nous ne pouvons pas le faire fonctionner d’une manière que nous pourrions préférer mais qui ne correspond pas à sa nature. Il y a des « lois » selon lesquelles l’économie fonctionne, et elles sont immuables. L’économie des trois derniers siècles s’est attachée à identifier, apprendre et comprendre ces lois.

Pour comprendre l’économie, il est essentiel de reconnaître qu’il s’agit d’actions et d’interactions humaines. En fait, l’économie, ce sont les gens qui agissent et interagissent. C’est peu ou rien d’autre. Nous avons tendance à penser à l’économie en termes de ressources, de machines, d’entreprises et peut-être d’emplois. Mais c’est une simplification qui induit en erreur. Ce sont des éléments importants, mais ce ne sont que des moyens pour parvenir à des fins. L’économie consiste à utiliser des moyens pour atteindre des fins. Autrement dit, c’est la façon dont nous agissons pour satisfaire nos désirs, pour nous améliorer. En termes simples, l’économie consiste à créer de la valeur.

Nos moyens sont limités mais nos désirs ne le sont pas. Nous devons trouver comment faire le plus possible avec le peu que nous avons. Si nous choisissons de poursuivre une fin, nous ne pouvons pas utiliser les mêmes moyens pour poursuivre également d’autres fins. En d’autres termes, il y a toujours un compromis. Chaque choix que nous faisons et chaque action que nous entreprenons signifie que nous renonçons à ce que nous n’avons pas choisi. Soit vous prenez la voiture pour faire un tour, soit vous restez à la maison. Vous ne pouvez pas faire les deux en même temps. Vous pouvez utiliser votre argent pour acheter une chose ou pour en acheter une autre. Ou vous pouvez économiser votre argent pour une autre fois. Mais le même argent ne peut pas être utilisé à la fois pour acheter quelque chose et être épargné aussi. Votre choix d’une chose signifie que vous n’avez pas et ne pouvez pas choisir l’autre. En choisissant une chose plutôt qu’une autre, en agissant, nous hiérarchisons la valeur des choses pour nous, nous économisons. L’économie, c’est nous tous qui économisons.

L’économie, son essence et son objectif

L’économie est un ordre non planifié. C’est ce qui émerge lorsque les gens vaquent à leurs occupations, lorsque nous agissons et interagissons comme bon nous semble.

L’économiste français du XIXe siècle Frédéric Bastiat a résumé cela dans une question : « Comment Paris est-il alimenté ? » Vivant dans une grande ville, les Parisiens ne produisent pas de nourriture mais y ont tout de même un accès abondant. La question importante est de savoir comment cela se produit. Après tout, il n’y a pas de plan central sur les types et les quantités d’aliments à proposer aux Parisiens et à quel moment. Personne ne dit aux agriculteurs quand et quoi semer, quelles terres utiliser pour chaque culture, quels outils utiliser ou développer, ou dans quelles villes, villages ou places de marché vendre leurs produits et à quels prix. Tout cela arrive. L’économie est « un système décentralisé et distribué où tous les gens – les agriculteurs comme les citadins – font leurs propres plans et décisions ». Ils ne se contentent pas d’exécuter les ordres d’un commandement central.

L’objectif de l’économie est de comprendre comment une économie, sous toutes ses formes, fonctionne : « la nature et le fonctionnement du processus global des personnes prenant leurs propres décisions, agissant et interagissant comme bon leur semble ». L’économie manque à la fois de plan et de planificateur. Il n’a même pas de but. C’est juste.

Mais les gens ont des objectifs. Ils ont des besoins et des désirs qu’ils s’efforcent de satisfaire par différents moyens. Certaines choses sont fournies par la nature, mais la plupart d’entre elles exigent que les gens fassent des efforts pour les produire. Ce sont les biens et services qui satisfont tous nos désirs. La production est au cœur de l’économie : « il s’agit de fournir autant de moyens que possible pour satisfaire autant de besoins hautement valorisés que possible »

Le problème économique

La production est un problème. Ce n’est pas simplement une question de combien de ressources sont disponibles. Il n’y a pas de relation constante entre l’entrée et la sortie. Très souvent, plus d’entrées peuvent produire plus de sorties, c’est vrai. Mais avec les innovations, nous obtenons plus de production par intrant, nous augmentons la productivité. Cela est encore plus évident lorsque nous parlons de la valeur de la production et pas seulement de la quantité. La valeur n’est jamais automatique. On peut utiliser beaucoup de ressources pour produire quelque chose qui s’avère être assez sans valeur. Si je produis un tableau, le résultat attendu n’aura que peu de valeur, quels que soient mes efforts ou la quantité de peinture que j’utilise. La même toile et la même peinture utilisées par Vincent van Gogh créeraient quelque chose de beaucoup plus précieux. En apposant sa signature sur ma peinture, cela augmenterait la valeur de ma peinture. Mais ma signature sur sa peinture diminuerait sa valeur.

La seule relation qui existe entre les entrées et les sorties est que les entrées doivent être utilisées pour produire des sorties. Nous ne pouvons pas créer quelque chose à partir de rien.

Le problème économique n’est pas la production en soi mais l’économie de la production. Il s’agit du problème qui se pose parce que nous n’avons pas plus de ressources que nous ne pouvons en trouver. En d’autres termes, les ressources sont rares. Il nous incombe donc de déterminer comment nos ressources peuvent être utilisées pour produire le meilleur résultat possible (en termes de valeur). Nous sommes devenus de plus en plus doués pour comprendre cela, surtout au cours des derniers siècles. Pendant des milliers d’années, nous avons fait très peu de progrès, mais soudain, avec ce qu’on appelle l’industrialisation, nation après nation a commencé à se sortir de la pauvreté grâce à des percées dans la production. L’intérêt pour l’économie coïncide avec ce développement.

D’où le titre du traité extrêmement influent d’Adam Smith : « Une enquête sur la nature et les causes de la richesse des nations. » Le titre attire l’attention sur les deux dimensions de la richesse nationale (prospérité) qui sont encore au cœur de l’économie : la nature de la richesse et ses causes. La nature de la richesse fait référence à la manière dont nous devrions la comprendre, à ce qui la compose et à la manière dont l’économie en tant que système est liée à la théorie de la valeur en tant que satisfaction personnelle. Les causes de la richesse renvoient aux origines et aux processus particuliers qui ont amené cette prospérité. Si nous les comprenons bien, nous pouvons sortir les gens de la pauvreté et créer une société toujours plus prospère. L’économie, en tant qu’étude du fonctionnement de l’économie, est donc aussi la science de la création de la prospérité.

L’économie comme compréhension

Être économiste, c’est étudier l’économie en tant que processus continu. Le but est de comprendre son fonctionnement et sa nature. Il s’agit de comprendre la nature et les causes de ces processus, mécanismes et ordres universels que nous identifions comme l’économie. Nous en apprenons davantage sur la prospérité et, surtout, sur la manière d’en produire davantage et de faire en sorte que davantage de personnes en bénéficient.

Pour comprendre le fonctionnement de l’économie, nous devons être humbles devant le fait qu’elle existe et qu’il y a un ordre, elle a une nature. La tâche de l’économiste n’est pas de prédire les spécificités de l’avenir, mais de découvrir les processus sous-jacents qui produisent les résultats économiques que nous pouvons observer. En d’autres termes, nous devons développer une logique pour comprendre les phénomènes et comportements économiques agrégés – une théorie économique. L’économie est un cadre pour penser et raisonner sur l’économie, pour donner un sens à ce qui se passe. Une « intuition », si vous voulez.

Il s’ensuit que l’apprentissage de l’économie consiste fondamentalement à acquérir des connaissances en économie afin de mieux comprendre le monde dont nous faisons partie. Le monde réel, et non le monde inventé, que l’on retrouve dans les modèles formalisés. Comme l’a dit Ludwig von Mises, « l’économie traite de l’homme réel, faible et sujet à l’erreur tel qu’il est, et non d’êtres idéaux, omniscients et parfaits comme seuls les dieux pourraient l’être ». Oui, exactement.


Cet article est le chapitre 1 du nouveau livre de Bylund, How to Think about the Economy  et a été initialement publiée en anglais par Mises Institute et traduit par Institute for Economics and Enterprises

Auteur:

Contacter Per Bylund

Per Bylund est professeur associé d’entrepreneuriat et professeur Records-Johnston d’entreprise libre à la School of Entrepreneurship de l’Oklahoma State University. Site Web : PerBylund.com .

Veuillez nous suivre et nous aimer

  • 0
  • Share